Retour

Chimiothérapie : un médecin de famille gaspésien en accord avec Josée Blanchette

Un médecin de famille de Sainte-Anne-des-Monts se dit en partie d'accord avec les critiques de la journaliste Josée Blanchette au sujet de la chimiothérapie et de l'industrie pharmaceutique. René Lavigueur soutient que les patients qui souffrent de cancer sont souvent mal informés. 

Un texte de Brigitte Dubé

 

L'essai intitulé Je ne sais pas pondre l'oeuf, mais je sais quand il est pourri soulève la controverse dans le milieu médical, notamment à la suite du passage de la chroniqueuse à l'émission Tout le monde en parle. La journaliste Josée Blanchette y remet en cause la validité des traitements de chimiothérapie pour traiter le cancer. 

Le docteur Lavigueur lui a d'ailleurs écrit une lettre pour la remercier d'avoir soulevé ce débat :

Merci, Merci, Merci !!!
Je suis médecin de famille à Sainte-Anne-des-Monts. Je fais beaucoup de soins palliatifs à domicile et je suis beaucoup de patients atteints de cancers.
Mais la parole d'un médecin de famille n'a pas beaucoup de poids dans un contexte de peur où le spécialiste propose des solutions immédiates sans aucune nuance ou si peu.
A présent, je peux référer à votre livre, à votre passage à TLMEP et je peux exposer l'autre côté de la médaille...
J'ai tant vu de patients entraînés dans la spirale de la " lutte contre le cancer" qui arrivent en fin de course sans aucune préparation devant la mort et sans avoir pris le temps de faire la paix avec le passé.
Vous avez bien fait de ne pas accepter d'être jetée dans la fosse aux lions avec un groupe de spécialistes. La discussion doit se faire entre les médecins. Mais ceux qui acceptent d'y regarder de plus près ne sont pas légion !
Vous m'avez rendu à moi et à mes patients un service inestimable,
Sincèrement,
René Lavigueur, MD

À voir, à l'émission « Tout le monde en parle » : le témoignage du Dr Félix Couture, chef du service d'hémato-oncologie au CHUQ

Ce médecin estime que « la démographie, qui prédit des demandes de plus en plus en plus grandes, nous oblige à tenir ce débat. »

Bien que le docteur Lavigueur admette que certains traitements sont très efficaces, il constate qu'il est facile pour un patient de s'y perdre puisque, selon lui, les médecins ont très peu de temps à consacrer à l'explication.

René Lavigueur raconte qu'il perd le patient de vue pendant sa chimiothérapie, et qu'il lui arrive souvent de le revoir quand les traitements ont échoué. « Je les revois défaits, très déçus, souvent agressifs », déplore-t-il.

Le pouvoir des pharmaceutiques

Comme Josée Blanchette, le praticien juge que les pharmaceutiques qui produisent les traitements de chimiothérapie ont beaucoup trop de pouvoir.

Josée Blanchette considère qu'il faut arrêter de penser que la chimiothérapie est le seul traitement valable. Elle parle de médecine intégrative, ouverte sur d'autres avenues (jeûne, curcuma, méditation, alimentation, etc.).

« On dit qu'il n'y a pas d'études scientifiques sur la médecine intégrative, mentionne René Lavigueur. Mais si vous regardiez la valeur des études scientifiques sur les médicaments de chimiothérapie, vous seriez étonnés! »

Selon le docteur Lavigueur, les médecins doivent reconnaître qu'ils sont trop influencés par les pharmaceutiques. Ils sont instruits par ces compagnies qui refusent de donner toutes les informations, alléguant que ce sont des secrets d'industrie. Les médecins qui veulent connaître tous les effets secondaires d'un produit ont beaucoup de difficultés.

Le docteur ajoute qu'il y a énormément de poursuites au niveau mondial pour falsification de résultats. Les peines de 100 millions de dollars sont négligeables par rapport aux bénéfices pour ces compagnies, et celles-ci récidivent, se désole-t-il.

Plus d'articles