Retour

CHSLD de Matane : près de 8 000 $ pour restreindre l'accès aux journalistes et aux syndicats

Le Centre de santé de services sociaux (CISSS) du Bas Saint-Laurent a déboursé 7 818 dollars pour placer un agent de sécurité dans le vestibule du foyer de Matane entre le 9 décembre et le 14 janvier dernier a appris Radio-Canada par la loi d'accès à l'information.

Un texte de Michel-Félix Tremblay

Au lendemain de la diffusion de notre reportage où des préposés aux bénéficiaires dénonçaient leurs conditions de travail et celles des soins aux résidents, le CISSS a engagé la firme Garda pour surveiller l'entrée principale de l'établissement.

L'adjointe à la présidente-directrice générale et aux relations avec les médias, Sylvie Lamontagne, avait alors confié à l'hebdomadaire l'Avantage gaspésien que cette décision « était en lien » avec le reportage de Radio-Canada.

« Une équipe télé est entrée au CHSLD sans autorisation. Nous voulons protéger la quiétude et la sécurité des résidents », avait alors mentionné Sylvie Lamontagne au journaliste Joël Charest.

Précisons que l'équipe de Radio-Canada n'a pas franchi les portes du CHSLD pour réaliser ce reportage.

Huit mois plus tard, Sylvie Lamontagne ajoute que cet agent devait « renforcer la sécurité au CHSLD de Matane pour un certain temps puisqu'il y avait un enjeu avec les syndicats, en lien avec le maraudage ».

En effet, le 29 novembre, la CSN avait tenu une conférence de presse à l'intérieur des murs de la résidence pour personnes âgées sans en aviser la direction. Le CISSS n'avait pas apprécié, ce qui a provoqué un échange téléphonique musclé entre la présidente du conseil central Nancy Legendre et la direction de l'établissement.

Un agent peu loquace

Lors de notre passage le 14 décembre en soirée afin de vérifier si l'agent était toujours en place, ce dernier a refusé de discuter avec Radio-Canada, même dans le vestibule, et a conduit le journaliste à l'extérieur.

Lorsque ce dernier a pris une photo de l'agent, celui-ci l'a menacé d'appeler la police.

Quelques heures plus tôt, le journaliste de la station Plaisir 105.3 Keven Tremblay s'était lui aussi frotté à l'agent de Garda. L'agent lui aurait alors confirmé qu'il était sur place uniquement pour vérifier les autorisations obtenues préalablement par les journalistes.

Les factures obtenues par la loi d'accès à l'information démontrent qu'un agent a été placé devant la porte principale du CHSLD pendant 285 heures, y compris lors des jours fériés de Noël et du Jour de l'an.

Le CISSS du Bas-St-Laurent doit absorber des compressions de 20M$ entre 2016 et 2018.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine