Retour

Cinq bons coups d'urbanisme au Bas-Saint-Laurent

Y a-t-il des endroits dans votre ville qui vous inspirent, qui facilitent vos déplacements ou qui vous rapprochent de la nature? À un an des élections municipales, quels sont les succès qui devraient servir d'exemple en matière d'urbanisme pour les élus qui formeront le prochain conseil municipal?

Un texte de Marie-Josée Paquette-Comeau

RIVIÈRE-DU-LOUP

1- La rue Lafontaine

Première ville au Québec à se doter d'une politique patrimoniale en 2002, Rivière-du-Loup figure parmi les municipalités les plus dynamiques de leur milieu, selon l'ex-directeur du musée du Bas-Saint-Laurent à Rivière-du-Loup, Pierre Landry. La politique patrimoniale a permis d'encadrer et de financer les projets de rénovation de plusieurs bâtiments patrimoniaux. La rue Lafontaine, avec ses maisons victoriennes et westerns, est l'exemple d'une politique municipale efficace, croit Pierre Landry.

RIVIÈRE-DU-LOUP

2- Musée à ciel ouvert

En 1995, la Ville de Rivière-du-Loup innovait en étant la première à adopter une politique culturelle au Bas-Saint-Laurent. Depuis, plusieurs projets culturels se sont développés, dont le Circuit Publiqu'Art Desjardins. Dans les parcs et les espaces verts de la ville de Rivière-du-Loup se trouve plus d'une quarantaine de sculptures monumentales grâce à l'initiative du Musée du Bas-Saint-Laurent. Depuis près de 10 ans, le Circuit Publiqu'Art Desjardins propose au public l'accès à des œuvres d'artistes reconnus tels que Marcel Barbeau et André Fournelle. Un engagement salué par Pierre Landry.

RIMOUSKI

Avant les années 70, la rivière Rimouski était laissée à elle-même, sans aménagement particulier. En créant le parc Beauséjour sur la rive est de la rivière Rimouski en 1973, les citoyens se sont réapproprié cette nature selon l'architecte à la retraite et vice-président de la Société rimouskoise du patrimoine, Michel Saint-Pierre. Le parc, qui longe la rivière, offre une panoplie d'activités, quelle que soit la saison. Prisé par les organisateurs de festivals, il est devenu un point de convergence majeur pour la communauté rimouskoise, affirme M. Saint-Pierre.

Créée en 2005, la salle Desjardins-Telus est le couronnement d'un effort colossal de revitalisation du centre-ville débuté à la fin des années 80, selon l'architecte à la retraite, Michel Saint-Pierre. Avec cette salle, la Ville de Rimouski s'est dotée d'un véritable complexe culturel dans un secteur patrimonial du centre-ville. Il s'agit d'une salle polyvalente de 903 places dont les plans de l'édifice sont l'œuvre des firmes d'architecte Dan S. Hanganu et Proulx et Cyr. Cette salle est un exemple de revitalisation, selon Michel St-Pierre, puisque la Ville a utilisé un terrain vague pour restructurer l'espace urbain en réunissant les secteurs est et ouest de Rimouski.

Selon l'architecte à la retraite, Michel Saint-Pierre, il est primordial que les Rimouskois reconnectent avec le fleuve Saint-Laurent, une proximité perdue depuis la construction du boulevard René-Lepage. Heureusement, selon M. Saint-Pierre, la Ville de Rimouski a amorcé un rapprochement en créant la Promenade de la mer. Située le long du fleuve Saint-Laurent, la promenade, de 4,3 km qui se trouve en plein cœur du centre-ville, a été inaugurée en 2003. Pour Michel Saint-Pierre, la Promenade de la mer est un succès cependant, le fleuve demeure encore trop peu accessible.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?