À un an des élections municipales, Radio-Canada présente une série de reportages sous le thème « Rêver ma ville ». Cette semaine, nous abordons les cinq bons coups d'urbanisme à Baie-Comeau, Sept-Îles et Port-Cartier.

Un texte de Charles Alexandre Tisseyre

BAIE-COMEAU

1. LE QUARTIER SAINTE-AMÉLIE

Avec ce quartier, Baie-Comeau « ne sera jamais laide et monotone ». C'est ce qu'a déclaré le président de la Ontario Paper, Robert McCormick, à l'origine de la ville. Le quartier Sainte-Amélie, qui a vu le jour en 1936, se démarque par sa beauté et son côté pratique, selon l'archiviste à la Société d'histoire de la Côte-Nord, Catherine Pellerin. Robert McCormick s'est assuré que tous les acteurs se concertent pour que Sainte-Amélie dégage une vision cohérente. 

BAIE-COMEAU

2. PLACE LA SALLE

Les travaux réalisés à Place la Salle en 2010 ont permis aux résidents de se réapproprier leur ville grâce à un aménagement urbain à l'échelle humaine. La chaussée a été rétrécie, les trottoirs agrandis et le terre-plein central retiré. Les Baie-Comois sont maintenant nombreux à fréquenter ce secteur en plein coeur du centre-ville, selon la chef de division à l'urbanisme, Audrey-Anne Hudon.

SEPT-ÎLES

3. LE SENS UNIQUE SUR L'AVENUE ARNAUD

La création d'un sens unique sur l'avenue Arnaud, à l'été 2016, a contribué à dynamiser le bas de la ville de Sept-Îles, selon le président du comité consultatif d'urbanisme, Guy Berthe. Il a rendu cette rue longeant la baie plus conviviale pour les piétons. Les cyclistes, quant à eux, peuvent mieux circuler sur cette avenue à la suite de l'aménagement d'une piste cyclable entre les rues Maltais et Père-Divet.

SEPT-ÎLES

4. LE QUARTIER SAINTE-FAMILLE

Le quartier Sainte-Famille est une réussite urbanistique méconnue, selon le président du comité consultatif d'urbanisme de Sept-Îles, Guy Berthe. La grande majorité des rues sont en forme de culs-de-sac ou de fers à cheval. Elles débouchent sur un parc central, qui est à son tour relié à la cour de l'école Maisonneuve.

PORT-CARTIER

5. UN BOISÉ POUR LES ÉLÈVES

Les élèves de l'école secondaire de Port-Cartier ont accès à un boisé derrière leur école. Il est protégé de tout développement domiciliaire et commercial à la suite d'une modification du règlement de zonage municipal. « L'école buissonnière » a vu le jour en 2015 grâce à une mobilisation du Comité EVB du Centre l'éducatif l'Abri. Des sentiers y ont été aménagés « dans l'espoir que ce boisé serve d'apprentissage, de loisirs et de détente pour l'ensemble de la communauté », précise le comité sur le site de l'école. 

Plus d'articles