Retour

CISSS du Bas-Saint-Laurent : des employés de Matane et Mont-Joli en colère

Le ton a monté d'un cran entre la direction du CISSS du Bas-Saint-Laurent et ses employés lors de la réunion du conseil d'administration qui se déroulait à Matane, mercredi.

Les employés syndiqués se sont dits particulièrement préoccupés par les soins et le manque de personnel à l'urgence de l'hôpital de Matane, ainsi que par la sécurité à l'hôpital de Mont-Joli.

Le personnel infirmier de l'urgence et des soins intensifs du centre hospitalier de Matane a profité de cette réunion pour lancer un cri du cœur sur les problèmes engendrés par la fermeture récente d'un lit aux soins intensifs.

Cette fermeture complique de beaucoup leur travail en cas d'urgence, ont plaidé les infirmiers et infirmières. Ils indiquent ne plus avoir assez de temps pour répondre aux besoins des patients.

De plus, disent-ils, cette fermeture allonge les délais au triage, c'est-à-dire le temps d'attente avant qu'une personne puisse être vue et évaluée par le personnel infirmier de l'urgence.

Un employé du Centre hospitalier de Mont-Joli a aussi interpellé la PDG du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo, en soutenant que le personnel n'était pas nécessairement à l'aise d'intervenir lors d'un code blanc, soit lorsqu'un patient est agressif, sans la présence d'un gardien de sécurité.

L'hôpital ne disposera plus de gardiens de sécurité, ni de jour, ni de soir, en raison des compressions budgétaires.

Réforme et centralisation dénoncées

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) exhorte pour sa part la présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo, à prendre la défense du personnel et des services à la population.

Selon le responsable régional, Sylvain Lirette, les réformes, la centralisation et les compressions imposées par le ministre de la Santé Gaétan Barrette mènent à un véritable saccage du réseau de santé et services sociaux.

Il cite la centralisation des laboratoires, le transfert des services psychosociaux dans les groupes de médecine familiale et la tendance à confier aux organismes communautaires les services aux personnes âgées, notamment.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine