Retour

Co.Mode verte : un plan de relance à la mi-novembre

Après avoir traversé d'importantes difficultés au printemps, la ressourcerie de la Co.Mode verte de Matane se donne jusqu'à la mi-novembre pour présenter un plan de relance. Un comité de bénévoles tente présentement de préserver l'organisme communautaire.

Un texte de Joane Bérubé

La situation est devenue presque intenable au printemps avec le départ de presque tous les membres du conseil d'administration et de la direction de la coopérative d'économie sociale, spécialisée en récupération et recyclage.

C'est dans l'urgence que, depuis le printemps, un groupe de bénévoles tente de sauver les meubles et de maintenir les activités. Ce sont eux qui ont assuré l'ouverture du commerce d'objets et de vêtements usagés au cours de l'été.

Pourtant, en 2013, la Coopérative comptait 13 employés. De l'aide financière de 1 million de dollars avait été consentie par divers bailleurs de fonds pour réparer le bâtiment.

Les dernières années ont été marquées par plusieurs problèmes de gestion pour la ressourcerie, admet le consultant, Ghislain Miousse qui a été embauché en août pour préparer un nouveau plan d'affaires.

Décisions en novembre

Toutefois, fait-il valoir, la Coopérative peut encore compter sur l'appui de partenaires financiers. « Les prêteurs ont une certaine influence, ce sont eux qui pourraient exercer des droits qui feraient qu'il n'y aurait plus d'opérations. Ils ne veulent pas ça. Ils veulent que cela continue aussi », indique M. Miousse.  Le ministère du Revenu a toutefois enregistré une hypothèque légale de plus de 46 000 $ sur l'immeuble de la Coopérative pour des taxes non payées. 

Un gérant a aussi été embauché pour coordonner le travail bénévole et les personnes affectées à des travaux communautaires.

Le comité de réorganisation mis en place, composé de bénévoles, est une mesure temporaire puisque la Coopérative n'a pas pu tenir d'Assemblée générale pour créer formellement le comité et en nommer les membres. « Même la liste des membres, explique Ghislain Miousse, doit être regardée, vérifiée. Il y a eu du laisser-aller même dans la gestion de la liste des membres. Alors avant de convoquer une assemblée générale, il faudra avoir la certitude de qui on convoque. Il y a vraiment beaucoup de ménage à faire. »

Les membres du comité de relance demeurent convaincus qu'il y a vraiment de la place pour un commerce de ce type à Matane. « On ne construit pas sur ce qui s'est passé, explique M. Miousse, on se réfère aux autres ressourceries qui vont bien et on met en place un modèle qui leur ressemble. »

Un rapport devrait être déposé à la mi-novembre à l'Assemblée générale. Les membres devront alors entériner un nouveau plan d'affaires et élire un nouveau conseil d'administration.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine