Réunis jeudi dernier à Saint-Tharcisius, des élus de la Matanie et de la Matapédia ont formé une coalition pour demander la réfection de la route 195. Ils ont aussi rencontré le directeur régional du ministère des Transports (MTQ).

Un texte de Geneviève Génier Carrier

La route 195 est un axe nord-sud important pour la région. Elle relie Matane à Amqui, ainsi qu'à la Baie-des-Chaleurs, en joignant deux tronçons de la route 132. Elle desserre aussi Saint-Léon-le-Grand et Saint-Zénon-du-Lac-Humqui.

Depuis plusieurs années, les élus et les résidents du secteur dénoncent le mauvais état de la route et demandent à Québec d'investir afin d'assurer la sécurité des usagers.

Le transport lourd est très présent sur la route 195. De plus, les voies sont considérées étroites, les endroits pour doubler de façon sécuritaire peu nombreux, les accotements pavés quasi inexistants, et certains tronçons sont jugés particulièrement dangereux.

« Je vous dirais que dans la portion Saint-Vianney-Saint-Tharcisius, il y a des enjeux. Il y en a aussi à la sortie sud de Matane, dans le secteur de Place des sports, ainsi qu'à l'entrée d'Amqui », indique le député de Matane-Matapédia Pascal Bérubé.

Dans les deux prochaines années, Québec injectera 211 millions de dollars dans les routes du Bas-Saint-Laurent, mais dans les projets de plus de 500 000 dollars, rien n'a été prévu pour la route 195.

Rencontre avec le MTQ

À l'initiative du député, les maires des municipalités environnantes, la préfète de la MRC de la Matapédia Chantale Lavoie et un représentant du secteur du camionnage ont rencontré le 17 août Yves Berger, le directeur général de la direction Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine du MTQ, pour discuter des travaux à venir.

La Coalition souhaite que le gouvernement adopte rapidement un plan de mise aux normes pour la route 195 et qu'il dégage les sommes nécessaires à la réalisation des travaux dans un délai raisonnable.

« La 195, ce n'est pas juste une route qui permet aux Matapédiens de rencontrer les gens de la Matanie. C'est aussi le tronçon qui permet un flux qui peut venir de la Baie-des-Chaleurs, des Maritimes et qui [a] à traverser pour aller sur la Côte-Nord, que ce soit pour le tourisme ou par affaire », souligne le maire d'Amqui Gaétan Ruest.

Il croit aussi que ce serait l'occasion d'aménager la route 195 pour permettre aux cyclistes d'y circuler de façon sécuritaire.

Vers une mobilisation régionale

Les membres de la coalition entendent poursuivre leurs démarches cet automne auprès du gouvernement. Ils désirent entre autres rencontrer le ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour.

Ils souhaitent aussi mobiliser le milieu afin d'évaluer les besoins des différents usagers de la route 195.

Plus d'articles

Commentaires