Retour

Comment inciter les jeunes à voter en région?

Comment intéresser les jeunes à la politique? Selon une récente étude de l'Université Laval, les jeunes qui vivent en région votent moins que ceux des milieux urbains. Une situation qui pourrait inciter les partis politiques à délaisser les jeunes et les régions.

Un texte de Julie Tremblay

« Les jeunes ont l'impression que les politiciens ne les écoutent pas pour de vrai », souligne la présidente du comité national des jeunes du Parti québécois, Ariane Cayer. C'est, selon elle, ce qui explique en partie le faible taux de participation des jeunes en politique. La distance géographique, ajoute Ariane Cayer, y est aussi pour quelque chose.

Pour le président de la Commission jeunesse du Parti libéral, Jonathan Marleau, il faut que les jeunes comprennent davantage « à quoi ça sert de voter et quelle différence ça peut faire [dans leur vie]. » Selon lui, son parti tient compte de l'avis des jeunes militants du parti dans ses décisions, mais encore faut-il que les jeunes se sentent interpellés, au départ, pour devenir militants.

De son côté, le titulaire de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires de l'Université Laval, François Gélineau, croit que c'est peut-être le taux de scolarité qui a une incidence sur le vote des jeunes en région.

Enseigner la participation citoyenne?

Selon Ariane Cayer, un cours sur la démocratie et la participation citoyenne pourrait aider à sensibiliser les jeunes à l'importance de s'impliquer dans leur société et, ultimement, à voter. Son homologue au Parti libéral, Jonathan Marleau, croit toutefois que les partis doivent d'abord s'intéresser aux sujets qui touchent les jeunes, comme l'accessibilité aux emplois et aux études, et leur faire des propositions en ce sens.

Selon l'étude de l'Université Laval, le taux de participation des jeunes Bas-Laurentiens aux élections québécoises a chuté de plus de 20 % entre 1985 et 2014. Une tendance dangereuse, selon le chercheur François Gélineau, car puisque la population québécoise continue de vieillir, les partis politiques pourraient miser davantage sur les gens plus âgés et ainsi contribuer à faire baisser encore plus le vote des jeunes.

Plus d'articles