Retour

Comment retenir les étudiants étrangers en région?

Des psychosociologues qui tentent d'améliorer le processus d'intégration des étudiants étrangers de l'Université du Québec à Rimouski ont rencontré le maire de Rimouski, Marc Parent, mardi. Ils souhaitent trouver des moyens pour améliorer l'employabilité et la rétention des étudiants dans la région.

Selon plusieurs étudiants et professeurs présents, les discussions avec le maire ont été fructueuses. Le chargé de cours en psychologie, Clency Rennie, estime que le maire Parent comprend bien que l'intégration des étrangers est une question à laquelle il faut s'intéresser pour favoriser le développement de sa ville.

« On a eu une super rencontre avec lui ce midi. Il était très impliqué et se disait déjà très sensible à cette question. [...] Il est sorti de cette rencontre en se disant encore plus sensibilisé. »

La professeure en psychosociologie Jeanne-Marie Rugira, affirme pour sa part que bon nombre d'entre eux souhaitent demeurer à Rimouski après leurs études. Au-delà de la cohabitation, elle souhaite que les étrangers qui s'installent à Rimouski et ceux qui y habitent depuis longtemps échangent davantage.

Donnez-vous une chance de les rencontrer. Sortir de la culture où on croit qu'il faut donner une chance à l'étranger, mais probablement, se donner aussi une chance de se laisser enrichir par l'autre, par sa culture, mais aussi par sa compétence.

Jeanne-Marie Rugira, professeur en psychologie

De 1994 à 2016, le nombre d'étudiants internationaux à l'UQAR est passé de 45 à plus de 500. L'automne dernier, un projet-pilote a été mis sur pied à l'UQAR pour aider les étudiants étrangers à mieux comprendre la culture, la langue et à s'intégrer dans la communauté.

D'après les informations d'Isabelle Damphousse

Plus d'articles