Retour

Condamnation de Richard Henry Bain : Harold Lebel et Sylvain Roy réagissent

Les députés Harold Lebel et Sylvain Roy réagissent suite à la condamnation de Richard Henry Bain, qui a été reconnu coupable de meurtre non prémédité ainsi que de trois tentatives de meurtre relativement à l'attentat perpétré au Métropolis de Montréal.

Le député de Rimouski, Harold Lebel, dit en vouloir à Richard Henry Bain. Le député du Parti québécois n'a toutefois pas voulu commenter davantage le verdict rendu mardi contre l'homme de 65 ans.

Harold Lebel se trouvait dans la salle du Métropolis, le soir des élections provinciales du 4 septembre 2012, au moment de la fusillade qui a coûté la vie au technicien Denis Blanchette.

« On était une vingtaine dans les coulisses à voir vu la porte s'enflammer, à avoir vu Dave Courage par terre, à se tirer dans un sens et dans l'autre. Il y a eu un niveau de stress très élevé », se souvient-il.

Quatre ans après l'attentat, il souligne que lui et des gens présents dans la salle ont de la difficulté à tourner la page. « Je connais des gens qui se mettent à pleurer quand on parle de ces événements et des gens qui ont eu un stress tellement difficile que c'est devenu musculaire et ils ont été obligés de consulter », dit-il.

Le contexte politique évacué déplore Sylvain Roy

Le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy, se dit satisfait du verdict de culpabilité à l'endroit Richard Henry Bain, reconnu coupable du meurtre non prémédité du technicien de scène Denis Blanchette et de trois tentatives de meurtre.

Sylain Roy rappelle toutefois que ces actes ont été commis dans un contexte politique, soit la soirée électorale où Pauline Marois a été élue première ministre. Selon lui, cette dimension a complètement été évacuée du procès.

« Je pense que les gens n'ont pas voulu intégrer l'aspect politique pour en faire un aspect d'acte isolé. Mais je pense que c'est une question qui aurait dû être traitée lors du jugement ou du processus judiciaire. Comme si on n'avait pas le droit d'en parler au Québec », précise-t-il.

Richard Henry Bain sera condamné à l'emprisonnement à perpétuité - la peine minimale en cas de meurtre non prémédité. Richard Henry Bain devra passer entre 10 et 25 ans en prison avant de pouvoir demander une libération conditionnelle. Les recommandations sur la peine auront lieu le 6 septembre.

Pour sa part, le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, ne souhaite pas réagir au jugement. Il rappelle la nécessaire distance que les acteurs politiques doivent observer face aux causes judiciarisées.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine