Retour

Conflit de travail au Bella Desgagnés : Québec n’exclut pas le recours à une loi spéciale

Le gouvernement Couillard est prêt à déposer une loi spéciale jeudi, si le conflit de travail entre Relais Nordik et les officiers de navigation du Bella Desgagnés ne se règle pas d'ici là.

Québec a lancé un ultimatum mardi, en marge des négociations entre le syndicat des Métallos, qui représente les officiers de navigation, et Relais Nordik. L'attaché presse de la ministre du Travail Dominique Vien soutient qu'il s'agit d'une situation exceptionnelle, « puisque la population de la Moyenne et de la Basse-Côte-Nord est prise en otage ». 

Lundi, la ministre Vien a nommé un conciliateur dans le dossier, Jean-Luc Deschenes.

Des maires de la Moyenne et de la Basse-Côte-Nord souhaitent le dépôt d'une loi spéciale pour mettre fin à cette grève. Ils estiment que les services essentiels qui seront maintenus par les officiers sont insuffisants.

Le préfet de la MRC de la Minganie, Luc Noël, est toutefois déçu que la Société des Traversiers du Québec ne soit pas intervenue pour forcer les deux parties à négocier. 

Des officiers de navigation en grève 

Les officiers de navigation du Bella Desgagnés ont déclenché une grève générale illimitée lundi à 23h59, en l'absence de négociation.

La douzaine d'employés à temps plein et à temps partiel débraient pour faire reconnaître toutes les heures travaillées à leur employeur qui maintient, selon le Syndicat des métallos, le forfait journalier.

Le syndicat soutient que le nouveau navire nécessite plus d'heures de travail qui ne sont pas prises en compte par le Relais Nordik.

Le navire a quitté son port d'attache, Rimouski, lundi soir pour entreprendre un nouveau voyage vers la Moyenne et la Basse-Côte-Nord.

Une grève légale

Le Tribunal administratif du travail a jugé la grève des officiers de navigation légale.

Ces derniers assurent les services essentiels. Seules les denrées alimentaires, certaines marchandises et les personnes ayant un rendez-vous médical pourront être transportées à bord du navire qui ravitaille les communautés de la Moyenne et de la Basse-Côte-Nord.

Les marchandises seront acheminées normalement pour les semaines du 6 et du 20 juin, à Port-Menier, La Romaine, Harrington Harbour, Tête-à-la-Baleine, La Tabatière, Saint-Augustin et Blanc-Sablon.

Il n'y aura qu'une desserte par semaine pour les marchandises à partir de Rimouski et un arrêt à Sept-Îles et à Blanc-Sablon toutes les deux semaines.

Avec les informations de Sébastien Bovet et Evelyne Côté

Plus d'articles

Commentaires