Retour

Constats d'infraction : Premier Tech « prend acte » et plaide non-coupable

L'entreprise Premier Tech de Rivière-du-Loup plaide sa non-culpabilité quant aux trois constats d'infraction signifiés jeudi par le Commissaire au lobbyisme du Québec envers deux de ses dirigeants.

Premier Tech a réagi très brièvement par voie de communiqué et se dit « pleinement engagée dans le respect des lois et des règles entourant toutes ses affaires. »

L'entreprise a aussi souligné qu'elle constatait qu'aucune infraction ne découle de l'enquête effectuée au sujet du Programme FAIRE, un projet pour lequel Premier Tech avait reçu une aide de 111 millions de dollars d'Investissement Québec, en 2012.

Quant aux trois infractions qui auraient été commises en 2016, Premier Tech affirme qu'elles feront l'objet d'un plaidoyer de non-culpabilité et a fait une demande de divulgation de la preuve afin de « comprendre la nature des reproches formulés. »

Mercredi, le Commissaire au lobbyisme du Québec a signifié trois constats d'infraction à deux dirigeants de Premier Tech au sujet d'activités de lobbyisme qu'ils auraient menées en contravention avec la loi auprès de titulaires de charges publiques.

Les constats visent Yves Goudreau, vice-président développement corporatif de l'entreprise, et Jean Bélanger, le président et chef de l'exploitation de Premier Tech.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine