Retour

Consultations sur les hydrocarbures : après Anticosti, Gaspé

Les citoyens de Gaspé sont invités à faire le point, ce soir, sur le développement du secteur des hydrocarbures. Québec a entrepris cette semaine une tournée de consultations publiques sur l'exploitation des hydrocarbures.

Le gouvernement Couillard, qui s'apprête à déposer sa politique énergétique, ainsi qu'un projet de loi sur les hydrocarbures, a lancé un processus de consultation populaire dans la foulée des deux évaluations environnementales stratégiques (EES) en cours.

Le territoire de la Gaspésie est dans la mire des compagnies d'exploration depuis des décennies. Au cours des dernières années, deux entreprises, Junex et Pétrolia, ont sondé avec succès le sous-sol dans le secteur de Gaspé et de Murdochville.

Les forages effectués par Pétrolia, près d'un secteur habité de Gaspé, ont soulevé la polémique au Québec sur l'acceptabilité sociale et les impacts environnementaux du développement de la filière des hydrocarbures.

Passage à Anticosti

Ces préoccupations ont d'ailleurs ressurgi lundi soir à Port-Menier, où une quarantaine de personnes se sont prononcées sur les projets de forage sur l'île. D'évidence, comme ce fut le cas à Gaspé, le projet divise la population.

Le maire d'Anticosti, Jean-François Boudreau, a toutefois fait valoir que les investissements permettraient de redynamiser la communauté qui est en décroissance depuis plusieurs années.

De son côté, le préfet de la MRC de la Minganie, Luc Noël, a demandé une plus grande intégration des instances locales dans le processus de décision.

C'est aussi ce qu'ont fait valoir les environnementalistes, lundi à Montréal.

Porte-parole de la Coalition Saint-Laurent, Sylvain Archambault juge que le processus manque de rigueur.

Il fait valoir que la documentation relative à la consultation, des milliers de pages, a été rendue disponible dans des délais qui en permettent difficilement l'analyse. « On s'est fait garrocher, indique Sylvain Archambault, 4000 pages de documents, de rapports scientifiques très importants, il y a un peu plus de 2 semaines. Il y a toujours 18 études sur 62 qui ne sont pas publiées, des études parfois très importantes, et on nous demande d'être consultés sur des études qui ne sont même pas publiées, c'est un peu surréaliste. »

Préoccupations des environnementalistes

Inquiet, Sylvain Archambault soutient que le gouvernement démontre un préjugé favorable envers le développement des projets liés aux hydrocarbures.

L'objectif des consultations est de produire un rapport qui sera déposé au début 2016 au ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, et au ministre de l'Environnement, David Heurtel.

Le rapport devrait les aider à rédiger la politique énergétique du Québec et la loi sur les hydrocarbures. Cette loi devrait être présentée au mois de janvier. « Notre impression, c'est que le projet loi est pratiquement écrit d'avance, la politique énergétique est pratiquement écrite. Qu'est-ce que va ajouter cette consultation? » demande Sylvain Archambault.

Une quarantaine de présentations ont eu lieu, lundi, à Montréal.

La tenue des consultations publiques s'inscrit dans la foulée des deux évaluations environnementales stratégiques sur les hydrocarbures annoncées le 30 mai 2014, dont l'une porte sur l'ensemble de la filière des hydrocarbures et l'autre, sur l'île d'Anticosti.

Ces consultations se tiendront dans sept villes du Québec, dont Port-Menier, Gaspé, Îles-de-la-Madeleine et Sept-Îles, au mois de novembre 2015.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine