Retour

Contrer la violence sexuelle sur les campus de la Gaspésie et des Îles

Le Cégep de la Gaspésie et des Îles lutte davantage contre les violences à caractère sexuel sur ses campus.

Depuis janvier, des affiches de prévention ont été placardées sur les murs des quatre campus du Cégep.

Le Cégep a adhéré aux deux campagnes qui sont présentes dans le milieu universitaire et collégial, bien que la problématique ne soit pas visible sur les campus de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

Selon le directeur des études du Cégep de la Gaspésie et des Îles, depuis les 10 dernières années, seulement une plainte pour harcèlement a été déposée.

On ne se cache pas la tête dans le sable non plus, il y a certainement des événements qui ont pu se passer, mais les gens ont peur de dénoncer.

Louis Bujold, directeur des études du Cégep de la Gaspésie et des Îles

Avec les campagnes de sensibilisation en cours, le directeur s’attend à ce que le nombre de plaintes augmente.

La campagne « Sans oui, c’est non! » est présente dans 16 établissements universitaires au Québec et dans quelques cégeps.

Elle a pour objectif de sensibiliser la communauté universitaire à l’importance du consentement, et aux signes qui y sont associés.

Pour sa part, la campagne « Ni viande ni objet », une initiative des étudiants du Cégep de Sherbrooke, aborde les mêmes thèmes, mais dans un langage plus direct, selon Louis Bujold.

Les messages sont un peu plus punchés et rejoignent plus directement les étudiants de 17 à 22 ans.

Louis Bujold, directeur des études du Cégep de la Gaspésie et des Îles

Selon le Cégep, les campagnes sont complémentaires et c'est pourquoi il va de l'avant avec les deux.

Le but est de conscientiser les jeunes au fait que les violences sexuelles sont des actes répréhensibles que l'institut d'enseignement n’accepte pas.

En plus de sensibiliser les jeunes à la notion de consentement, les campagnes visent à informer quant aux ressources disponibles pour lutter contre les violences sexuelles.

Ce qui se véhicule souvent sur Internet ou à la télévision, ce n’est pas ce qui devrait se passer dans la réalité.

Louis Bujold, directeur des études du Cégep de la Gaspésie et des Îles

En plus des affiches de prévention, des activités plus directes seront organisées lors des rassemblements étudiants. Par exemple, des tables seront installées à l’entrée, lors des activités sportives, afin de remettre de la documentation aux élèves.

Finalement, la formation du personnel ainsi qu’une révision de la politique sur le harcèlement sexuel de l’établissement feront partie des prochaines étapes à franchir par l’administration du Cégep.

La réalisation du projet de sensibilisation se poursuivra jusqu'en 2018.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine