Une entreprise de Saint-Pacôme, au Kamouraska, s'apprête à offrir aux consommateurs de cueillir leurs légumes directement sur les étalages des supermarchés. Dès le mois de mars, à La Pocatière, des végétaux vivants seront offerts aux clients. 

Un texte de Guillaume Bouillon

C'est un projet novateur d'Inno-3B, une compagnie basée à Saint-Pacôme. Martin Brault, président de l'entreprise, explique que l'idée est venue de la première tentative du Plan Nord.

Tranquillement, l'équipe d'Inno-3B a fait évoluer sa technologie. « Elle permet maintenant la production avec un rendement qui est comparable ou sinon supérieur à celui des serres traditionnelles. Et elle nous permet de faire la production d'une variété de produits qu'on retrouve dans les supermarchés », précise monsieur Brault.

L'équipe d'Inno-3B en est ensuite venue à réfléchir à une manière de garder le produit vivant le plus longtemps possible. C'est ainsi qu'elle a mis au point sa méthode exclusive baptisée « Grow to go ».

« La méthode consiste à produire les légumes dans un environnement fermé pour ensuite les distribuer dans un réseau court (de 100 à 150km). Ils sont alors placés sur des dispositifs relativement simples [développés par la compagnie] qui permettent de garder les plans en vie sur une période prolongée, soit de 3 à 4 semaines après la livraison », l'explique monsieur Brault.

Le consommateur peut alors les cueillir en magasin et les conserver chez lui sur son comptoir avec le dispositif qu'il se procure aussi. Monsieur Brault précise que les aliments qui sont vivants n'ont pas besoin de réfrigération, seulement de lumière. Et que les autres éléments sont fournis par le dispositif.

Poursuivre le développement

Pour l'instant, l'entreprise compte huit employés et elle est encore en phase de développement. « Pour la phase deux, outre la laitue et les herbes (coriandre, menthe, persil, basilic), on travaille sur d'autres possibilités comme des fines herbes additionnelles, un peu plus recherchées. »

La phase trois sera destinée aux fraises et aux tomates. C'est le défi pour la prochaine année. Inno-3B prévoit aussi bâtir une usine à La Pocatière au cours des prochains mois pour l'approvisionnement d'une partie du Bas-Saint-Laurent.

« C'est une usine qui va aussi devenir notre centre de recherche pour développer d'autres cultures et avoir une plus grande connaissance et une meilleure variété », explique monsieur Brault.

Une première mondiale

D'autres pays développent la production d'aliments en milieu fermé, notamment le Japon. Mais c'est un domaine qui est encore très marginal et près du milieu de la recherche.

Martin Brault affirme que son entreprise va encore plus loin en offrant le produit en magasin et dans la maison du consommateur. « Notre méthode est totalement novatrice dans le monde àce niveau-là », dit-il.

On pourra donc cueillir salades et fines herbes dans les épiceries de La Pocatière dès le mois de mars.

Plus d'articles