Retour

De l'argent pour gérer les crises au Centre d'amitié autochtone de Sept-Îles

Trois centres d'amitié autochtone, dont celui de Sept-Îles, reçoivent 50 000 $ pour engager une ressource qui pourra intervenir en cas de crise. Cette aide financière leur a été versée à la suite des allégations d'agressions sexuelles policières survenues à Val-d'Or. 

Ces centres pourront ainsi aider des femmes qui auraient été agressées par des policiers ou des personnes de leur entourage.

Les centres d'amitié offriront ce type de service, puisque « les membres des communautés autochtones ne se reconnaissent pas dans le caractère institutionnel de l'offre de services du réseau de la santé », selon la directrice générale du Centre d'amitié autochtone de Sept-Îles, Marie-Louise Nanipou. « Avec la crise qu'on a connue à Val-d'Or, on a rappelé aux gens que la solution passait pour et par les Autochtones », ajoute-t-elle. 

Les communautés autochtones attendent toujours le lancement d'une enquête publique sur les femmes autochtones assassinées ou disparues. 

Plus d'articles

Commentaires