Retour

De la crevette toute fraîche très bientôt chez les marchands de poisson

La majorité des bateaux de pêche aux crevettes de la Gaspésie, rattachés aux usines de Matane, Sainte-Anne-des-Monts et Anse-aux-Griffon ont pris le large ces dernières heures.

Un texte de Brigitte Dubé

Seuls les pêcheurs qui débarquent leurs stocks à Rivière-au-Renard sont restés à quai. Les négociations sur le prix au débarquement se poursuivent dans le cadre d'un plan conjoint avec les propriétaires d'usines par le biais de l'Association des industriels de la pêche du Québec (AQIP).

La saison s'annonce bonne

Selon Jérôme Caron, agent de développement des affaires à l'usine Les fruits de mer de l'Est du Québec, la saison s'annonce bonne. Les quotas se maintiennent malgré une baisse dans certains secteurs.

Ils demeurent semblables dans les secteurs de Sept-Îles et d'Anticosti, mais accusent une baisse de 8% dans l'Estuaire et de 15 % dans la zone Esquiman à l'ouest de Terre-Neuve.

Selon Hugo Bourdages, biologiste en sciences aquatiques Pêches et Océans Canada, les stocks sont assez stables en général, depuis les cinq dernières années.

Un métier risqué, surtout en avril

Jérôme Caron explique que les crevettes pêchées en avril sont le fruit d'un dur labeur, qui comporte beaucoup de risques.

« Ça a l'air facile le métier de pêcheur de crevettes parce que c'est saisonnier, mentionne M. Caron, mais c'est un métier très difficile. Ça comporte beaucoup de risques on a un grand respect envers ces gens-là. »

Jérôme Caron ajoute que les crevettiers ne sont pas de grosses embarcations, pas vraiment faites pour naviguer en haute mer.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine