Selon les dernières statistiques compilées par le Conseil du statut de la femme, les femmes de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine gagnent moins qu'ailleurs au Québec.

Malgré les avancées en matière d'égalité entre les sexes, les différences de revenu demeurent toujours importantes entre les femmes et les hommes dans la région. Le contexte économique explique en grande partie cette réalité.

Il y a 5 ans, le salaire médian des Gaspésiennes et Madeliniennes était de 20 000 dollars, soit environ 3000 dollars de moins qu'ailleurs au Québec, ce qui place la région au 15e rang sur 17.

Les emplois sont souvent précaires et surtout concentrés dans le domaine des services, là où ils sont moins bien rémunérés.

Même s'il y a de plus en plus de femmes diplômées, pour la présidente du Conseil du statut de la femme, Julie Miville-Deschenes, ce n'est pas encore assez. Seulement 9,7 % des jeunes filles de la région vont à l'université, comparativement à 19 % en moyenne au Québec, relève-t-elle.

Pour améliorer la situation, des travailleuses voudraient qu'il y ait des mesures plus sévères, entre autres, pour forcer les entreprises à avoir une meilleure équité entre les hommes et les femmes.

Par ailleurs, la Gaspésie et les Îles sont au 4e rang sur 17 régions du Québec en matière de violence.

« Nos refuges ont un taux d'occupation très élevé qui démontre que le besoin est encore tout à fait présent. On a été au-delà de 100 % », déplore la directrice du Centre Louise-Amélie de Sainte-Anne-des-Monts, Monique Caron.

Les femmes de la Gaspésie sont également deux fois plus nombreuses que les hommes à vivre dans un loyer plutôt que d'avoir une maison bien à elles, ce qui a un impact sur leur autonomie.

D'après un reportage de Jean-François Deschênes

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine