Retour

De nouveaux services pour les patients atteints de cancer

L'Association du cancer de l'Est du Québec offre trois nouveaux services aux personnes atteintes par cette maladie au Bas-Saint-Laurent, sur la Côte-Nord, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.

Un texte d’Ariane Perron Langlois

C'est l'un des résultats du partenariat annoncé lundi entre l'ACEQ et la Fondation québécoise du cancer. En vertu de cette entente, chacun des deux organismes pourra offrir des services développés par l'autre.

Ainsi, l'Association du cancer de l'Est du Québec pourra référer les patients de la région à la ligne Info-cancer, grâce à laquelle des infirmières en oncologie répondent aux questions des patients, de même qu'au service de jumelage téléphonique, qui permet aux patients de discuter avec une personne ayant été touchée par le cancer. L'ACEQ pourra aussi diriger les jeunes de 15 à 39 ans atteints d'un cancer vers le « Programme à Félix », un service mis en place par la Fondation québécoise du cancer.

En contrepartie, la Fondation pourra renvoyer des patients de partout au Québec vers les plateformes web de l'ACEQ. Le directeur général de l’Association du cancer de l’Est du Québec, Nelson Charette, assure toutefois que l’argent amassé par son association continuera d’être dépensé exclusivement dans la région.

« Ça ne coûte rien de plus à l’Association du cancer de l’Est du Québec. Par contre, si on a plus de visibilité à l’extérieur, peut-être qu’on est capables d’aller chercher des sous à l’extérieur pour les investir dans notre région », ajoute-t-il.

« Porteur d'espoir »

La nouvelle est bien accueillie par Julie Côté, une mère de famille rimouskoise. Plusieurs membres de sa famille ont été touchés par le cancer, et elle a subi l’ablation préventive des seins lorsqu'elle a découvert qu'elle était porteuse de la mutation génétique BRCA-2.

Les dirigeants de l’ACEQ et de la Fondation québécoise du cancer n’ont pas été en mesure de préciser combien les deux organismes pourront économiser en mettant en commun leurs services plutôt que de les développer séparément. Par ailleurs, ils précisent qu’il ne s'agit pas d'une fusion ou d'une acquisition, et que les deux organismes conservent leur autonomie décisionnelle et opérationnelle.

Le directeur général de la Fondation québécoise du cancer, Marco Décelles, soutient qu’il s’agit du premier partenariat du genre conclu par son organisme.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine