Retour

Débat des candidats à la préfecture dans Rocher-Percé

Le premier débat des candidats au poste de préfet de la MRC du Rocher-Percé s'est tenu lundi soir, à la polyvalente de Grande-Rivière, devant une centaine de personnes.

Un texte de Jean-François Deschênes

Le consensus régnait entre les six candidats sur la majorité des dossiers.

Pour la plupart, ils jugent essentiel d'avoir plus de logements sociaux pour les personnes âgées et un aéroport régional à Grande-Rivière avec une piste de 8 000 pieds afin d'accueillir de gros porteurs.

Par ailleurs, ils ne comptent pas s'ingérer dans les dossiers menés par les municipalités, comme la gestion du quai de Percé, un dossier qui oppose la Ville à certains bateliers. Voici un extrait de leurs propos à ce sujet :  


« Le préfet ne peut pas s'immiscer dans une affaire d'ordre municipal. On n'est pas le boss des maires. » - Raynald Blais


« Le maire et son équipe de conseiller sont autonomes dans toute la gestion des situations à Percé. » - Suzanne Bourget


« C'est sûr que le préfet qui va être élu, il va falloir qu'il appuie à 100 % politiquement la ville de Percé parce que le quai est un attrait. » - Philippe Berger


« Je me vois mal comme préfet dire à André Boudreau (NDLR : maire de Percé) fais ci, fais ça au conseil municipal. Je peux exprimer le souhait que ça se règle pour le bien de tout le monde. » - Benoît Cayouette


« Je pense qu'il y a une réflexion qui doit être apportée sur tous les dossiers de la rétrocession des infrastructures que le gouvernement est en train de faire. » - Nadia Minassian


« Si moi j'avais été le maire de Percé, jamais de mon vivant que j'aurais accepté le quai du gouvernement fédéral. » - Maurice Anglehart

Ce débat était organisé par le journal Le fou de bassan et les télévisions communautaires de Grande-Rivière et de Saint-Godefroi.

Plus d'articles