Retour

Débat électoral à Rimouski : les étudiants restent sur leur faim

Les candidats dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques ont débattu au Cégep de Rimouski, mardi. Si le débat a attiré une centaine de jeunes, plusieurs sont repartis sur leur faim.

« J'ai toujours l'impression que les candidats ont de la difficulté à répondre clairement aux questions, ils vont vraiment répondre selon les lignes du parti », déplore Sara Jade Desrosiers.

« Je n'ai pas encore fait mon choix, il y a encore du temps pour s'informer », a pour sa part indiqué Élisabeth Cyr, étudiante en sciences humaines

Pour la plupart, les étudiants ont semblé apprécier la présence du chef du Parti rhinocéros, Sébastien Corriveau. « Ça donnait une touche plus humaine à ces débats qui peuvent paraître lourds », explique Sean Grenier, étudiant en sciences humaines. La question de l'environnement et particulièrement celle du transport du pétrole par train a occupé une bonne partie de la période de questions. La légalisation du cannabis a également provoqué plusieurs interventions des étudiants.

Pour Sean Grenier, la période de questions était la plus utile pour s'informer et clarifier certaines positions des partis.

L'organisateur du débat, Kurt Vignola, craignait que la formule soit trop restrictive, mais se dit satisfait du débat. « On empêche les gens de beaucoup parler parce qu'on veut que le message soit clair. Chaque fois, je suis surpris de la qualité des questions dans l'auditoire », explique-t-il.

Une absence remarquée

Le débat a rassemblé les candidats Guy Caron, du Nouveau Parti démocratique (NPD), Pierre Cadieux du Parti libéral du Canada (PLC), Johanne Carignan du Bloc québécois (BQ) et Sébastien Corriveau du Parti rhinocéros (PR).

L'absence du candidat conservateur, Francis Fortin a cependant été soulignée par plusieurs. « Il n'avait rien à gagner à se présenter devant les étudiants », a pour sa part jugé Sean Grenier.

Plus d'articles

Commentaires