Retour

Déchets de l'ancien dépotoir : le ministère de l'Environnement renvoie la balle à Rivière-Saint-Jean

Le ministère de l'Environnement du Québec soutient que ce sera à la municipalité de Rivière-Saint-Jean de nettoyer les berges. Le MDDELCC affirme avoir reçu une plainte le 6 août dernier en lien avec la présence de déchets de l'ancien déportoir de la municipalité dans le Saint-Laurent. 

Des carcasses de voitures et des sacs de poubelles éventrés qui étaient enfouis depuis de nombreuses années sont désormais visibles sur la plage. L'ancien déportoir de Rivière-Saint-Jean est fermé depuis 1974, selon le ministère de l'Environnement.

Le porte-parole du ministère, Frédéric Fournier, soutient qu'un rappel a été fait à la municipalité mercredi en lien avec ce dossier. 

Des dépotoirs en milieu côtier : une problématique connue 

Le directeur général du Conseil régional de l'environnement de la Côte-Nord, Sébastien Caron, rappelle qu'il existe d'autres cas de dépotoirs à proximité du littoral, notamment à l'île d'Anticosti et en Haute-Côte-Nord. Aux Îles-de-la-Madeleine, la restauration de l'ancien dépotoir du village de Fatima pourrait coûter jusqu'à un million de dollars.

Sébastien Caron, qui ne s'est pas encore rendu sur place, est incapable d'évaluer les travaux qu'il faudrait effectuer pour restaurer le site ou leur coût. 

« Au-delà de la responsabilité légale qui incombe à la municipalité, il y a effectivement comme je le disais tout à l'heure la question de la responsabilité élargie. Il faut dire que c'est un dossier qui est issu des conséquences des changements climatiques. Un peu tout le monde a une responsabilité là-dedans » ajoute-t-il.

La municipalité de Rivière-Saint-Jean, qui compte 230 habitants, juge toutefois qu'elle n'a pas les ressources pour restaurer le site. Des déchets se sont retrouvés dans les eaux du golfe du Saint-Laurent, en raison de l'érosion des berges.

Plus d'articles

Commentaires