Retour

Décontamination des sols à Moisie : des citoyens sont inquiets

Une trentaine de résidents de Moisie, à Sept-Îles, ont soulevé des craintes, mardi soir, à la séance d'information publique au sujet des travaux de décontamination des sols de l'ancienne base militaire.

Les Forces armées canadiennes ont opéré une base radar à Moisie jusqu'à la fin des années 1980. Cette occupation militaire à l'embouchure de la rivière Moisie, pendant plus de 30 ans, a laissé des traces dans le sol.

Après 20 ans de travaux et d'analyses, le ministère de la Défense et des Forces armées canadiennes terminera la décontamination des terrains cet été. Plus de 10 000 mètres cubes de terre contaminée à l'huile à chauffage seront traités, grâce à un procédé de biotraitement.

La firme SNC-Lavalin a obtenu le contrat de 3 millions de dollars pour diriger les travaux.

Les citoyens ont posé de nombreuses questions aux porte-paroles du ministère de la Défense et de la firme SNC-Lavalin. Certains résidents soutiennent que les travaux causeront certains désagréments.

« Moi, ce qui me préoccupait ce sont les poussières et le bruit et effectivement les odeurs », a fait savoir un citoyen.

La communauté innue, pour sa part, souhaite que des fouilles archéologiques soient réalisées à l'emplacement des travaux pour préserver des artéfacts qui pourraient être perdus lors des opérations d'excavation.

Un citoyen, Christian Vollant, souligne aussi que la base de villégiature de Moisie constitue un lieu de spiritualité pour sa communauté.

Par ailleurs, le ministère de la Défense est encore en pourparlers avec le propriétaire de l'ancienne salle de curling, un bâtiment qui se trouve en partie sur les terres contaminées, et qu'il faudra déplacer ou détruire pour exécuter les travaux.

Avec les informations de Katy Larouche

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine