Retour

Découverte de documents historiques sur les débuts du Témiscouata

Des archives inédites sur les débuts du Témiscouata permettent de lever le voile sur la vie dans la région vers 1850. Elles montrent que le secteur n'était pas abandonné au cours de cette décennie, comme on le croyait jusqu'ici.

Un texte de Patrick Bergeron

Ces archives ont été dévoilées samedi par les dirigeants de la Société d'histoire et d'archéologie du Témiscouata, au Fort Ingall de Témiscouata-sur-le-Lac. On y retrouve une série de lettres et de dessins de Pamphile Gaspart Verreault. En 1853, cet homme est dans la région qui deviendra plus tard la ville de Témiscouata-sur-le-Lac. Il a alors 21 ans et accompagne une équipe d'arpenteurs.

Dans ses documents, M. Verreault trace un portrait de la région. Ses cartes montrent qu'une douzaine de bâtiments s'élevaient déjà au-dessus de ce qui est aujourd'hui le secteur Cabano, et qu'un commerce existait autour du lac Témiscouata.

Pour le directeur général de la Société d'histoire et d'archéologie du Témiscouata, Samuel Moreau, la découverte de ces lettres permettent de mieux comprendre ce qui s'est passé entre l'abandon du Fort Ingall en 1842 et l'arrivée du chemin de fer dans les années 1860.

Selon Samuel Moreau, le récit de Pamphile Gaspart Verreault permet de supposer que la région accueillait beaucoup de voyageurs à cette époque.

Vers de nouvelles fouilles archéologiques ?

Même si ces découvertes suscitent un regain d'intérêt pour de nouvelles fouilles archéologiques autour du Fort Ingall, les dirigeants du site ne comptent pas se lancer dans de telles fouilles pour l'instant.

Le budget de la Société d'histoire et d'archéologie du Témiscouata est limité et les dirigeants doivent en consacrer une bonne partie à l'entretien du site.

Plus de 300 000 $ ont été investis dans la réfection des bâtiments au cours de l'année 2015. Par ailleurs, les dirigeants du site tentent de trouver 500 000 $ pour effectuer la réfection de la palissade du fort.

Selon les informations recueillies par Ariane Perron-Langlois

Plus d'articles