Retour

Demande d'aide pour les propriétaires aux prises avec la mérule pleureuse

Un couple de Saint-Marcellin va se rendre à l'Assemblée nationale le 18 février pour demander au gouvernement d'aider les propriétaires aux prises avec la mérule pleureuse, un champignon qui s'attaque aux structures des maisons.

Maxime Boivin et Marie-Hélène Cauchon sont propriétaires d'une maison contaminée à Saint-Marcellin. En compagnie d'autres familles du Québec, ils vont déposer une pétition à l'Assemblée nationale et demander de l'aide du ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux.

Monsieur Boivin souhaite démolir sa maison, mais aucune compagnie d'assurance n'accepte de les couvrir puisque la contamination d'une maison par la mérule pleureuse n'est pas reconnue comme un sinistre.

« Les assurances demandent d'être solvables pour 2 millions de dollars pour pouvoir assurer et déresponsabiliser le service d'incendie pour brûler notre résidence. Donc, on ne peut pas démolir, on ne peut pas brûler et on est pris avec cette maison-là. Ça fait 22 mois qu'on se bat dans le vide », explique Maxime Boivin.

Les deux propriétaires de Saint-Marcellin indiquent que les maisons avoisinantes des résidences contaminées risquent elles aussi de perdre de la valeur.

« Si on regarde en Europe, au début des années 90, on avait quelques cas comme on a actuellement au Québec. Aujourd'hui, c'est devenu une catastrophe. Autant en Belgique, en Allemagne, en Suisse et en France, les cas ont explosé dans les villes et dans la majorité des régions. Au même titre qu'avec la pyrrhotite, il y a une dévaluation de nos résidences », conclut monsieur Boivin.

D'après les informations de Louis Lahaye Roy

Plus d'articles