Retour

Demandeurs d’asile haïtiens : Sentiment d’injustice et urgence d’agir

Des Haïtiens de l'Est du Québec déplorent la situation de leurs compatriotes qui doivent quitter les États-Unis par peur d'être expulsés vers leur pays d'origine.

Depuis le début de l'été, des dizaines d'Haïtiens en provenance des États-Unis traversent chaque jour la frontière illégalement à Saint-Bernard-de-Lacolle, au Québec.

La communauté trouve injuste l'intention du président américain Donald Trump de vouloir retirer le statut de protection temporaire aux demandeurs d'asile haïtiens.

Esther Louis est une Rimouskoise d'origine haïtienne. Elle habite la région depuis le séisme qui a dévasté Haïti en 2010.

Elle explique que les Haïtiens qui étaient aux États-Unis seront mal pris s’ils retournent en Haïti, puisqu’ils ne seront pas capables d’y trouver du travail.

Accélérer le processus de migration et penser aux régions

Esther Louis croit que le gouvernement du Québec devrait embaucher plus de personnels dans les centres de demandes d'asile pour accélérer le processus d’immigration et pour leur permettre d’obtenir des permis de travail plus rapidement.

Elle pense également qu’il serait judicieux d’inciter les demandeurs à s’installer en région.

Marie-Renée Raymond, Haïtienne d’origine et infirmière auxiliaire à Baie-Comeau, souligne d’ailleurs que l’immigration pourrait combler un manque de main-d’oeuvre dans la région, notamment en santé.

Le ministère du Travail du Québec, qui gère le Centre de demande d'asile, dit avoir ajouté du personnel pour accélérer le traitement des dossiers, dont le nombre a plus que doublé par rapport à 2016.

D’après les informations de Jennifer Boudreau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine