Une vingtaine de personnes forment des lignes de piquetage devant le Cégep de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine ce matin. Ils participent à la demi-journée de débrayage annoncée par le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec.

Un texte de Jean-François Deschênes

Si environ 700 syndiqués de la province participent à ce moyen de pression, dans l'Est du Québec la grève ne touche que les quatre campus du cégep de la Gaspésie et des Îles.

Le syndicat représente surtout des conseillers pédagogiques et des gestionnaires. Les grévistes protestent contre le piétinement des négociations dans le cadre du renouvellement de leur convention collective. Ce sont 16 cégeps de la province qui sont touchés par ce moyen de pression.

Ils dénoncent l'absence de reconnaissance du personnel professionnel des collèges comme faisant partie de l'enseignement supérieur.

Le délégué syndical pour les professionnels du Cégep de Gaspé, Stéphane Gosselin, croit que la dernière offre de Québec est inacceptable. Il demande, entre autres, que cesse la discrimination auprès des femmes dans les établissements d'enseignement collégiaux.

Écoutez les entrevues d'Isabelle Lévesque lors de l'émission Bon pied, bonne heure avec le représentant syndical et le directeur général.

Le directeur général, Yves Galipeau, assure que tout rentrera dans l'ordre en après-midi et que les étudiants pourront participer au premier jour de classe comme prévu.

Les travailleurs du Syndicat de professionnelles et de professionnels du gouvernement du Québec sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015, et leurs négociations sont au point mort depuis le 26 mai dernier.

Plus d'articles

Commentaires