Retour

Démission de PKP : tristesse et surprise sur la Côte-Nord

La démission de Pierre Karl Péladeau comme chef du Parti québécois (PQ) sème la consternation et la déception au sein de la classe politique de la Côte-Nord.

Pierre Karl Péladeau a annoncé lundi qu'il a fait ce « choix déchirant » pour des raisons familiales.

La députée de Duplessis, Lorraine Richard, est triste et déçue de la tournure des événements. Selon elle, la formation politique se portait bien et n'avait jamais autant parlé de souveraineté qu'avec Pierre Karl Péladeau à sa tête.

« Avec lui, il n'y avait pas d'ambiguïté, dit-elle. Il est venu en politique pour faire la souveraineté du Québec [...] Pierre Karl Péladeau prenait de l'expérience et ça allait bien au Parti québécois. »

La députée de Duplessis comprend toutefois son choix. 

Elle estime qu'il maîtrisait ses dossiers et qu'il portait une écoute attentive aux enjeux sur la Côte-Nord.

« Mentor politique »

Pour sa part, le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, qualifie Pierre Karl Péladeau de « mentor politique ».

« Je m'entendais très bien avec lui et je voulais travailler pour la suite avec lui, dit-il. C'est évident que quand on se lance en politique, on fait vivre un impact à notre famille. Alors peut-être que ça, ça a pesé dans la balance pour Pierre Karl. »

De son côté, le président de l'exécutif du PQ dans Duplessis, Jacques René Giguère, soutient que Pierre Karl Péladeau a réorganisé la formation politique de manière « très efficace ». 

Il salue aussi la proximité qu'il avait instaurée avec les présidents des exécutifs régionaux. « Il a donné une couleur, dit-il. Le prochain chef va avoir beaucoup à faire. »

Le Bloc salue son engagement

La démission du chef péquiste suscite également des réactions sur la scène fédérale. La députée du Bloc québécois de Manicouagan, Marilène Gill, le considérait comme un chef de file pour mener le Québec à l'indépendance.

Malgré le départ de Pierre Karl Péladeau, la députée bloquiste estime que le mouvement souverainiste demeure fort et qu'il se renouvelle.

Pierre Karl Péladeau est venu à trois reprises sur la Côte-Nord depuis son saut en politique, d'abord à titre de candidat à la direction du PQ, puis comme chef de l'opposition officielle.

Il s'est notamment rendu sur l'île d'Anticosti, en août 2015, et à Baie-Comeau pour appuyer la campagne de Martin Ouellet, qui se présentait alors dans la circonscription de René-Lévesque.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine