Retour

Depuis plus de 25 ans, Sept-Îles attend une prison sécuritaire

La prison de Sept-Îles est désuète et surpeuplée. Cette situation est décriée depuis plus de 25 ans dans la région. La prise d'otage qui a eu lieu mercredi soulève maintenant des questions sur la sécurité du personnel du centre de détention.

Un texte d'Alix-Anne Turcotti

Les agents correctionnels qui travaillent dans les prisons sont formés pour faire face à des situations d'urgence comme les prises d'otage. Mais depuis une vingtaine d'années, le sentiment d'insécurité s'est accru dans les centres de détention, selon le président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec, Mathieu Lavoie.

Selon lui, il est nécessaire d'enclencher un processus pour atteindre le risque zéro. « On est confronté à une clientèle qui est criminalisée, qui ne respecte pas les règles, et qui a souvent des antécédents de violences », souligne-t-il.

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique, Pascal Bérubé estime que les centres de détention adjacents aux palais de justice sont souvent problématiques.

Une enquête de police et des enquêtes administratives sont en cours à la suite de la prise d'otage.

Bientôt une nouvelle prison

À Sept-Îles, une nouvelle prison se fait attendre depuis une vingtaine d'années. La construction de ce nouvel établissement a été annoncée six fois depuis 1989. En 2013, la construction de la nouvelle prison a finalement été lancée à l'entrée ouest de la ville de Sept-Îles. Elle devrait accueillir ses premiers détenus au début de l'automne.

Les extraits de reportage d'achives qui suivent démontrent la lenteur avec laquelle le dossier a progressé au fil des ans:

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine