Retour

Des accidents soulèvent des questions sur la sécurité des piétons à Rimouski

Deux accidents survenus récemment à Rimouski soulèvent des questions sur la sécurité des piétons. Une jeune femme de 23 ans s'est fait happer par un véhicule pendant qu'elle traversait un passage piétonnier sur l'avenue Belzile à Rimouski mercredi. Cet accident s'est produit moins d'un mois après qu'une piétonne du même âge a perdu la vie sur la rue Saint-Jean-Baptiste Ouest.

Un texte d’Édith Drouin

Vers 17 h mercredi soir, Jeanne Chapados Méthot s’est engagée dans la traverse piétonnière en face de la bibliothèque Lisette-Morin, sur l'avenue Belzile.

Un premier automobiliste, qui montait la côte de l’avenue, s’est arrêté. Le deuxième, qui venait en sens inverse, a continué sans la voir. La pétionne s’est alors arrêtée au milieu de la rue pour éviter de se faire happer. C’est lorsqu’elle a poursuivi sa route, en pensant qu’elle était en sécurité, qu’elle s’est fait happer par un deuxième automobiliste, qui ne l’avait pas vue.

Elle n’a pas perdu conscience, elle a crié et une passante est venue lui porter secours, la conductrice du véhicule, également en choc, s’est arrêtée pour aller la rejoindre.

La jeune femme s’en est finalement sortie avec une fracture à la cheville gauche, des douleurs au bas du dos, des égratignures et une petite commotion cérébrale. Elle se considère chanceuse de ne pas avoir été blessée plus gravement.

Jeanne pense que les automobilistes sont parfois distraits et oublient qu’ils sont au volant « d’une machine à tuer ». Elle remarque également qu’il n’est pas rare que les conducteurs ne s’arrêtent pas aux traverses piétonnières.

Elle considère que l’amélioration de la sécurité des piétons devra passer par le changement de comportement des automobilistes et une surveillance accrue des policiers.

Un décès, un choc

Trois semaines avant l’accident de Jeanne, une autre jeune femme de 23 ans s’est fait happer en tentant de traverser la rue Saint-Jean-Baptiste Ouest, à l’angle de la rue Méthot. À cet endroit, il n’y avait pas de traverse piétonnière.

La Française d'origine, Auriane-Ambre Claire Nugue, est morte avant même d'arriver à l'hôpital. Son accident a bouleversé ses collègues de la Coopérative Paradis, où elle était stagiaire depuis quelques semaines.

Elle raconte que toutes les étapes qui ont suivi le décès ont été extrêmement difficiles, dont l’identification du corps, les démarches pour rapatrier le corps en France et le déménagement des effets personnels de la jeune fille.

Pour ce qui est de l’endroit où l’accident est survenu, la directrice de la coopérative remarque qu'il y a beaucoup de circulation, mais qu'aucune installation ne permet aux piétons de traverser.

Le propriétaire d’un bâtiment du secteur, Christian Roy, remarque également que les automobilistes roulent très vite, que la route est trop étroite pour permettre une cohabitation entre automobilistes et cyclistes et que l’éclairage y est faible.

Les accidents ne sont pas rares à cet endroit, selon ses observations.

Il faut en faire plus, admet la Ville

La ville de Rimouski dit adapter de plus en plus les aménagements routiers aux piétons en ajoutant par exemple des trottoirs et des panneaux lumineux aux traverses piétonnières. L’administration a aussi lancé une campagne de sensibilisation au partage de la route cet été, mais admet qu’en lumière de ces événements, elle devra redoubler d'efforts.

L’ingénieur indique que la Ville avait diffusé de la publicité dans les journaux et sur le site web de la ville entre autres pour encourager le respect mutuel entre les usagers de la route.

Il fait remarquer que de réduire sa vitesse de 20km/h prolonge le temps de parcours d'un automobiliste de seulement 36 secondes par kilomètre, et peut sauver des vies.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine