Retour

Des blocs opératoires de l’Est du Québec parmi les moins utilisés

Des blocs opératoires des Centres intégrés de santé et de services sociaux de l'Est du Québec, les CISSS, sont parmis les moins utilisés de la province. Les hôpitaux de Kamouraska et de Sept-Îles, avec respectivement des taux d'occupation de 48 % et 58 %, ont les cinquièmes et sixièmes blocs opératoires les moins utilisés au Québec.

Un texte d'Alix Villeneuve

Dans la majorité des hôpitaux de l'est de la province, le taux d'occupation se situe en deçà des cibles québécoises de 85 %. À titre d’exemple, les CISSS de Sept-Îles, de Matane, d'Amqui, de Kamouraska et de Témiscouata ont tous un taux d'occupation sous les 70 %.

Selon les CISSS consultés, la faible demande pour ces blocs opératoires et le manque de personnel médical sont les principales causes de ce faible taux.

Le directeur adjoint des services professionnels du CISSS de Baie-Comeau, Dr Roger Dubé, précise que les équipes en région ne peuvent pas occuper les blocs opératoires sans arrêt. Les chirurgiens et infirmiers doivent parfois prendre des pauses.

Il ajoute que dans les grands centres, le personnel et les ressources sont suffisants pour assurer un roulement continuel.

« Tu te fais comparer à des blocs opératoires de grands centres. Des blocs opératoires, où il y a des équipes qui couvrent toutes les pauses, les heures de dîner. Où il y a même des salles qui sont ouvertes jusqu’à 18h00 [au lieu de 16h00] », précise-t-il.

Déplacer les chirurgies plus simples

Le directeur des services professionnels au CISSS du Bas-Saint-Laurent, Dr Jean-Christophe Carvalho, fait valoir que pour maximiser l'utilisation des équipements hospitaliers, il est possible pour certains hôpitaux de déplacer certains patients vers les blocs opératoires les moins utilisés.

« On essaie de voir toutes les possibilités qu'on aurait pour déplacer certaines chirurgies plus simples dans les petits blocs opératoires, pour faire en sorte que leur performance s'améliore », affirme Dr Jean-Christophe Carvalho.

Il précise ensuite qu’il y a moins d’une centaine de patients dans le Bas-Saint-Laurent qui attendent une chirurgie depuis plus six mois.

« [Il s’agit d’une] centaine de patients sur un volume de chirurgies annuel qui est autour de 20 000. Le pourcentage de chirurgie qui est hors délai est quand même très faible », ajoute le docteur, en précisant que le CISSS cherche toujours à améliorer ces résultats.

Le taux d’occupation est le pourcentage du temps où il y a un patient dans le bloc opératoire. Environ 15 % de l'utilisation de chaque bloc opératoire doit être dédiée au nettoyage des outils et à la préparation de la chirurgie suivante.

D'après les informations de Jean-Louis Bordeleau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine