Retour

Des candidats dans Manicouagan débattent d'enjeux autochtones

Les candidats du Nouveau Parti démocratique, Jonathan Genest-Jourdain, du Bloc québécois, Marilène Gill, et du Parti libéral, Mario Tremblay, ont discuté de l'importance du vote des membres des Premières Nations, mercredi soir, au Centre d'amitié autochtone de Sept-Îles.

Plusieurs membres de la communauté innue ont posé des questions afin de connaître leur position sur des enjeux qui les touchent, dont les retombées de l'exploitation minière dans le Nord, la préservation de la culture ancestrale et les problématiques sociales.

Gary McFarlane, un membre des Premières Nations originaire du Manitoba, croit que le débat entre les candidats pourrait l'inciter à se rendre au bureau de scrutin le 19 octobre.

« Je n'ai jamais voté dans ma vie, dit-il. Je trouve que ce soir, c'est un peu plus personnel d'avoir les candidats ici et d'avoir la chance de [leur] parler. Ça a mis un grain dans mes pensées et je vais nourrir ça avant la date du vote. »

Inciter au vote

La semaine dernière, le chef de la communauté innue de Uashat-Maliotenam, Mike McKenzie, a déploré le silence des principaux partis politiques au sujet des enjeux autochtones. Il estime que les Premières Nations demeurent invisibles aux yeux des chefs des partis aux élections fédérales.

Le chef de Uashat-Maliotenam compte néanmoins aller voter et il invite les membres de sa communauté à se rendre aux urnes aussi. 

Depuis le début de la campagne, des personnalités connues, dont le grand chef de l'Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, et la détentrice du titre de Madame Univers 2015, Ashley Callingbull-Burnham, ont invité les Autochtones à voter massivement.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine