Retour

Des centaines d'employés d'Hydro-Québec dénoncent le climat de travail à Manic - 5

Environ 500 travailleurs d'Hydro-Québec ont débrayé illégalement toute la journée devant les installations de la société d'État partout sur la Côte-Nord. Ils dénoncent le climat de travail difficile qui règne à la centrale Manic-5.

Le président régional du Syndicat des employés de métier d'Hydro-Québec, Michel Martin, explique que c'est un geste spontané des travailleurs de la région de Manicouagan qui en ont assez de la situation.

« J'ai un travailleur qui a été réveillé la nuit chez eux pour aller à une rencontre avec l'employeur pour un retour au travail. La semaine passée, j'ai un travailleur qui s'est fait offrir ... on va dire une claque sur la gueule par son gestionnaire », mentionne monsieur Martin.

Le directeur régional d'Hydro-Québec, Gilles Lemieux, a rencontré le président du syndicat des employés en après-midi. La porte-parole de la société d'État, Julie Dubé, assure que des mesures ont déjà été prises pour améliorer le climat de travail à Manic-5.

« On sait qu'il y a effectivement un climat de travail qui est difficile ces temps-ci, lié à plusieurs événements. Il y en a certains pour lesquels on est au courant et pour lesquels on a agi. Il y en a d'autres qui nous ont été rapportés aujourd'hui et c'est sûr qu'une fois qu'on le sait, on intervient, on les prend en considération. Et tous ces événements-là, que ce soit des cadres ou des employés, prennent le même processus », affirme Julie Dubé.

Comme il s'agit d'une grève illégale, Hydro-Québec pourrait imposer des sanctions disciplinaires aux centaines d'employés qui ont débrayé aujourd'hui.

Le Tribunal administratif du travail a convoqué Hydro-Québec et le Syndicat des employés de métier d'Hydro-Québec pour une séance de conciliation, lundi à 18 h 30.

D'après les informations de Marlène Joseph-Blais

Plus d'articles