Retour

Des chasseurs encore réticents face à un registre des armes à feu

Le projet du gouvernement du Québec d'implanter un registre des armes à feu suscite encore des réticences chez des chasseurs du Bas-Saint-Laurent.

Le président du Club de tir du Bas-Saint-Laurent, François Perreault, se demande ce que ce registre va apporter de plus. Il rappelle que les chasseurs doivent déjà se soumettre à une série de contrôles avant de posséder une arme.

Il cite à cet égard un cours obligatoire sur le maniement des armes, une procédure d'enquête de la Gendarmerie royale du Canada qui est, elle-même, contre-vérifiée par le Bureau du contrôleur des armes à feu du Québec. 

Dans les circonstances, il évoque même la possibilité que des chasseurs tentent d'échapper à la future loi.

Un membre du Club, Jean-François Canuel, partage ses doutes sur l'utilité d'un nouveau registre. Il va même jusqu'à dire qu'il serait préférable que Québec investisse en santé mentale plutôt que dans un registre d'armes à feu.

D'après les informations de Louis Lahaye-Roy

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine