Retour

Des entrepreneurs québécois impatients que le gaz naturel de la Gaspésie alimente les minières

Une association d'entrepreneurs québécois demande à Québec de maintenir son engagement, pris lors du budget, quant au gisement de gaz naturel de la propriété de Bourque à Murdochville.

Selon Manufacturiers et Exportateurs du Québec, un feu vert du gouvernement permettrait aux compagnies Pétrolia et Tugliq, qui agiraient en partenariat, d'entreprendre des travaux permettant de confirmer la présence suffisante de la ressource.

Une chaîne de distribution de gaz naturel liquéfié, allant du producteur jusqu'aux clients de la Côte-Nord, serait alors mise en place.

Le président de l'association, Éric Tétreault, fait valoir que le partenariat entre Petrolia et Tuglik représente une solution purement québécoise et que la Gaspésie et la Côte-Nord seront les premiers à en profiter.

M. Tétreault rappelle que le développement d'une filière de gaz naturel s'inscrit dans la volonté du gouvernement de réduire les émissions de gaz à effets de serre. « La réalisation du projet permettrait aux industries de la Côte-Nord d'avoir un certain répit dans le coût de l'énergie jusqu'à ce que le prix des ressources du fer, entre autres, remonte, argumente-t-il. Ce qui ne se fera pas avant deux ou trois ans. »

L'association surveille aussi d'autres projets, entre autres du côté d'Anticosti où il y a un potentiel d'exportation à l'étranger.

Par ailleurs, l'Association minière du Québec (AMQ) et la Coalition Plein gaz au Nord appuient la démarche de Manufacturiers et exportateurs du Québec. « Les opportunités de développement pour la filière gazière au Québec dans l'industrie minière sont bien réelles, mais le défi de l'approvisionnement est présent », souligne Josée Méthot, présidente-directrice générale de l'AMQ. « Une plus grande accessibilité au gaz naturel serait non seulement bénéfique pour le secteur minier, mais également pour tout le Québec. »

Plus d'articles

Commentaires