Retour

Des hirondelles qui attendent le « vrai » printemps

Des centaines d'hirondelles ont été aperçues dans le secteur de Saint-Mathieu-de-Rioux lundi matin. Juchées sur des arbres, à proximité d'un cours d'eau, les volatiles se tenaient en groupes serrés.

Un texte de Richard Lavoie

Selon l'ornithologue rimouskois, Jacques Larivée, il s'agit d'un spectacle qui est plutôt fréquent. « Le froid rend extrêmement rare la nourriture pour les oiseaux et ceux-ci se tiennent aux abords des cours d'eau ou des étangs d'épuration où ils savent pouvoir trouver des larves ou des insectes à la surface de l'eau », explique Jacques Larivée.

Habituellement, les hirondelles se nourrissent d'insectes capturés en vol. Jacques Larivée affirme également que ces rassemblements d'oiseaux regroupent généralement des hirondelles de différentes espèces.

« Sur les étangs d'épuration, par exemple, on peut voir des hirondelles rustiques, des hirondelles à front blanc, des hirondelles de rivage et des hirondelles bicolores toutes ensemble », explique l'ornithologue.

Jacques Larivée confirme que les hirondelles arrivent dans la région vers la fin du mois d'avril. « Elles se font discrètes et se tiennent surtout à proximité des cours d'eau jusqu'à ce que le temps se réchauffe et qu'elle trouve un lieu de nidification », précise-t-il.

Selon lui, il n'y a pas de crainte à avoir, ces espèces « sont équipées pour résister au froid ».

À preuve, dit-il aujourd'hui en Estrie, il y avait 5 cm de neige et on a pu observer des colibris.

Voyez la vidéo tournée par Michel Truchon ce matin à Saint-Mathieu-de-Rioux (images floues au début du document)

Plus d'articles

Commentaires