Retour

Des homardiers interpellent l'Office des pêcheurs de homard

Dans une lettre officielle envoyée au président de l'Office des pêcheurs de homard, Jérémie Cyr, du nouveau Regroupement des pêcheurs et pêcheurs des côtes des Îles (RPPCI) réitère son engagement envers le rôle et le mandat de l'Office. Mais du même souffle, il remet en question l'autonomie et l'indépendance de l'organisme face aux diverses associations de pêcheurs, notamment l'Association des pêcheurs propriétaires des Îles-de-la-Madeleine (APPIM).

Un texte de Joane Bérubé

La possible confusion inquiète d'autant plus le Regroupement des pêcheurs et pêcheuses des côtes des Îles que plusieurs administrateurs de l'APPIM sont des administrateurs de l'Office.

Ce qui laisse, disent les membres du RPPCI, « faussement voir et entendre que l'Office, c'est l'APPIM et que l'APPIM, c'est l'Office, tentant ainsi de faire croire que la désaffection des membres de l'APPIM en faveur du Rassemblement serait s'attaquer à l'Office des pêcheurs, et que l'affaiblissement de l'APPIM serait l'affaiblissement de l'Office ».

Prochaines négociations

La nouvelle association veut donc une distinction claire entre le rôle de l'Office et celui de l'Association des pêcheurs propriétaires des Îles-de-la-Madeleine, notamment en ce qui a trait aux futures négociations sur le prix du homard au débarquement.

Dans sa lettre, le RPPCI demande entre autres au conseil d'administration de l'Office que le rôle de Léonard Poirier, directeur général de l'Association des pêcheurs propriétaires des Îles (APPIM), dans la prochaine négociation soit déterminé le plus rapidement possible et que la décision soit rendue publique. M. Poirier était jusqu'à présent le négociateur principal.

Le RPPCI demande des garanties quant aux dispositions de M. Poirier envers tous les pêcheurs de homard, s'il était reconduit dans ses fonctions. Les propos publiés par Léonard Poirier dans la Voix du Bearing de février 2016 sur son rôle et celui de l'APPIM dans les prochaines négociations devront aussi être rectifiés, selon le RPPCI. Le Regroupement estime en effet que M. Poirier confond le rôle de l'APPIM et celui de l'Office.

La nouvelle association veut aussi savoir si le conseil d'administration de l'Office entend garder les services de Me Claude Régnier dans la négociation et l'arbitrage du prix du homard des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine.  Les services de Me Régnier sont très appréciés des homardiers, souligne le président du RPPCI, Charles Poirier.

La prochaine assemblée générale

Il est dans les intentions du RPPCI de faire entendre son point de vue à la prochaine assemblée générale de l'Office. Le Regroupement entend d'ailleurs faire une campagne dans les médias pour inciter les pêcheurs à y participer massivement.

De même, les homardiers membres de la nouvelle association mettront en place un comité qui sera mandaté pour déposer des propositions à cette assemblée « visant à démocratiser l'Office des pêcheurs, la rendre redevable et transparente vis-à-vis les pêcheurs ».

Dans la foulée, le regroupement demande que l'assemblée générale de l'Office se tienne le plus rapidement possible « pour que les pêcheurs puissent disposer de la situation, surtout si des rumeurs d'une démission de tous les administrateurs en poste, y compris la vôtre, monsieur le président, se confirmaient ».

Le Rassemblement encourage aussi fortement tous les pêcheurs à se porter candidats aux postes d'administrateurs.

Les 325 homardiers des Îles-de-la-Madeleine sont maintenant regroupés en trois associations. La dernière née, officiellement fondée en février, le Regroupement des pêcheurs et pêcheuses des côtes des Îles, rassemble le plus grand nombre de pêcheurs.



Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité