Seize écoles secondaire du Bas-Saint-Laurent participent cette semaine à une simulation de vote, en prévision des élections fédérales du 19 octobre prochain. Il s'agit d'un exercice de sensibilisation, mais Élections Canada prend toutefois la chose au sérieux, interdisant aux écoles de divulguer les résultats avant de connaître l'issue des vraies élections.

Un texte de Laurence Gallant

Comme près de 700 000 jeunes au Canada, ce sont 1400 élèves de l'École Paul-Hubert, à Rimouski, des jeunes de troisième, quatrième et cinquième secondaire, de même qu'en adaptation scolaire, qui ont commencé à voter mardi. Le scrutin se poursuit mercredi et jeudi.

Élections Canada a mandaté un organisme de bienfaisance pour coordonner cette semaine nationale du Vote étudiant, qui a pour but d'initier les jeunes à l'exercice démocratique et de susciter l'intérêt des jeunes pour la politique.

À l'école Paul-Hubert, c'est l'enseignant en mathématiques Nicolas Cantin, amicalement désigné comme « directeur général des élections », qui orchestre les opérations :

Voici ce que trois jeunes scrutateurs bénévoles de secondaire cinq pensent de l'activité :

Au diapason des vraies élections

C'est la troisième fois qu'un tel scrutin est organisé à Paul-Hubert et l'enseignant responsable, Nicolas Cantin, soutient que les résultats sont chaque fois similaires au vote officiel. Selon M. Cantin, lors des dernières élections, le résultat du scrutin chez les jeunes correspondait à plus ou moins 1 % aux résultats des réelles élections.

Bien que les votants aient pour la plupart moins de 18 ans, Élections Canada considère l'exercice comme un sondage, et interdit donc aux écoles participantes de révéler les résultats avant la fermeture des bureaux de vote, le 19 octobre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine