Retour

Des monteurs au travail pour régler le problème des micropannes

Hydro-Québec installe depuis jeudi des pare-animaux pour tenter de réduire le nombre de micropannes à Rimouski. Pour vous montrer de quoi il s'agit, Radio-Canada a accompagné une équipe de monteurs sur le terrain.

Un texte Édith Drouin

En début d’après-midi, les camions des équipes commencent déjà à quitter le site des bureaux d’Hydro-Québec à Rimouski pour commencer l’installation des pare-animaux.

Depuis jeudi, la société d’État mobilise jusqu’à trois équipes par jour pour installer les dispositifs sur 293 transformateurs au sud du boulevard Arthur-Buies.

Avant de partir, le directeur par intérim d’Hydro-Québec Matapédia, Benoit Levasseur, nous explique ce qu’est un pare-animaux et comment il s’installe.

Le dispositif, vu de près, est très simple. Il s’agit d’un morceau de plastique qu'un monteur installe sur l’isolateur du transformateur. Le transformateur est l’équipement de forme cylindrique qui se trouve tout en haut de certains poteaux électriques.

Le pare-animaux sert à recouvrir la partie de cuivre du transformateur qui n’est pas isolée. Lorsqu’un oiseau touche cette partie de l’équipement, il s’électrocute et déclenche une interruption de courant de quelques secondes. C'est d'ailleurs ce qui explique le bruit d'explosion que certains résidents entendent lors d'une micropanne.

Ce scénario est toutefois évité lorsque le transformateur est entièrement isolé.

Après avoir analysé ce qui pouvait provoquer les micropannes, Hydro-Québec a déterminé que les oiseaux en étaient les grands responsables.

Intervention terrain

Nous suivons maintenant l’équipe d’Hydro-Québec jusqu’au lieu d’intervention. Deux monteurs s’affairent à installer un pare-animaux dans la cour arrière d’une résidence du quartier Saint-Pie-X.

Même si l’opération peut sembler simple, elle nécessite une intervention qui dure, en général, entre 30 minutes et une heure. Le coût des pare-animaux est minime, mais il en coûte 380 $ l’heure pour mobiliser un véhicule et deux monteurs. Le coût sera absorbé par la maintenance, selon le directeur par intérim.

Lorsqu’ils ont terminé, les monteurs se dirigent vers une autre résidence. Ils doivent appeler le centre de répartition d’Hydro-Québec avant et après leur intervention, pour s’assurer que leurs collègues soient au courant de leur travail sur la ligne.

Arrivé à une autre résidence, un des monteurs remet les équipements qui l’aideront à grimper. Il est muni de vêtements de protection imposants.

Il grimpe dans le poteau électrique, soit à l’aide d’une échelle ou avec un harnais d'ascension.

Son collègue reste au sol et lui tend les équipements nécessaires pour couper le courant et lui permettre d’installer le dispositif.

Au cours de l’après-midi, les monteurs rebroussent chemin quelquefois et remettent leur intervention à plus tard. Certaines structures nécessiteront l’utilisation d’une nacelle.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est difficile pour Hydro-Québec de prévoir en combien de temps les 293 pare-oiseaux seront installés. Benoit Levasseur estime toutefois que l’ensemble des opérations devrait être complété d’ici un mois.

Plus d'articles

Commentaires