Retour

Des oeuvres de grande valeur qui dépérissent dans la cathédrale de Rimouski?

Des œuvres d'art et certains objets de culte, datant du 18e et du 19e siècle, devraient être sortis de la cathédrale de Rimouski, selon Carl Johnson, de la Société rimouskoise du patrimoine.

Un texte de Laurence Gallant

Le directeur adjoint de la Société rimouskoise du patrimoine, Carl Johnson, s'inquiète de la préservation de certaines oeuvres d'art et des objets de valeur qui se trouvent à l'intérieur de la Cathédrale de Rimouski.

Selon lui, quelques pièces sont plus sensibles aux changements de température. Comme la cathédrale est moins chauffée depuis sa fermeture en novembre 2014, Carl Johnson croit que ces pièces devraient être sorties de la cathédrale.

C’est de voir à une conservation préventive de ces pièces-là pour les transmettre aux générations futures et qu’elles soient conservées à long terme.

Carl Johnson, directeur adjoint de la Société rimouskoise du patrimoine

Parmi les pièces à sauvegarder, Carl Johnson souligne que le tableau de Saint-Germain d’Auxerre est toujours dans la Cathédrale, une œuvre qui a été peinte aux alentours de 1740.

Quand on arrive avec une œuvre avec un certain âge comme ça, avec des pigments d’époque et ainsi de suite, la fragilité et la sensibilité aux changements climatiques, c’est quelque chose qu'il est important de vérifier.

Carl Johnson, directeur adjoint de la Société rimouskoise du patrimoine

Le tabernacle, conçu par François-Thomas Baillargé autour de 1833 et qui a été restauré il y a 25 ans, devrait aussi être sorti de la Cathédrale, selon Carl Johnson.

Il ne s’agirait pas d’une situation urgente, mais il serait idéal que l’opération de sauvegarde puisse avoir lieu au printemps.

Carl Johnson, directeur adjoint de la Société rimouskoise du patrimoine

« C’est sur le long terme que ça peut créer un impact. Évidemment quand il fait -40 dehors, ce n’est pas une bonne idée de commencer à manipuler les pièces. L’idée derrière tout ça, c’est de planifier les choses pour qu’au printemps, il puisse y avoir des interventions qui soient faites », estime Carl Johnson.

L’orgue Casavant est aussi un artefact précieux de la Cathédrale, mais il serait extrêmement complexe de le sortir du bâtiment. Des pièces comme les soufflets, ainsi que tout ce qui est fait de cuir et de bois pourraient être abîmés à long terme par les variations de température.

L’orgue est à restaurer, d’après moi, et ça va suivre son cours éventuellement.

Carl Johnson, directeur adjoint de la Société rimouskoise du patrimoine

Les éléments d’orfèvrerie contenus dans la cathédrale seraient par ailleurs moins sensibles aux hivers rimouskois.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine