Retour

Des officiers du F.-A.-Gauthier formés pour identifier les baleines

Des membres de l'équipage du F.-A.-Gauthier ont reçu récemment une formation de la part d'experts du Réseau d'observation des mammifères marins.

Un texte de Brigitte Dubé

Les observateurs ont été formés pour l'identification des espèces et la collecte de différentes données, comme le nombre de mammifères, leur position géographique ou les comportements inhabituels de ces derniers. Celles-ci seront ensuite disponibles en ligne sur le site de l'Observatoire global du Saint-Laurent.

Selon le capitaine Léonard Michaud, cette collaboration allait de soi. « Ce n’est pas un gros effort de prendre la position et de noter ce qu’on a vu », considère-t-il.

Le capitaine ajoute que le trajet du navire n’est pas aussi fertile en mammifères que les sites de Gaspé, Percé ou Tadoussac, mais que des baleines en transit entre deux destinations peuvent être aperçues.

À la gare fluviale de Godbout, où des observations de mammifères sont fréquentes, des observateurs ont aussi été formés.

Selon Sonia Giroux, biologiste et responsable des stages et de l’éducation au ROMM, la Société des traversiers s'est jointe à tout un réseau de membres observateurs, qui existe depuis 1998. Ce sont des croisiéristes, des kayakistes, des traversiers et des compagnies de transport.

« Les données récoltées sont précieuses pour les études des scientifiques, rappelle Mme Giroux. Elles ont aussi servi à alimenter la publication Navires et baleines de l'Atlantique du Nord-Ouest. Les gens de l'industrie maritime peuvent par exemple s'en servir pour reconnaître des zones plus sensibles, pour éviter les risques de collision. »

Sur le trajet du F.-A.-Gauthier, les observateurs peuvent surtout voir de petits rorquals et des rorquals communs. Il y a possibilité de voir une baleine bleue ou des espèces plus rares, comme les baleines noires, selon Sonia Giroux.

Elle ajoute qu’il y a un grand intérêt pour les chercheurs, quand on revoit les mêmes espèces sur les mêmes trajets.

L'Alliance Verte, dont la STQ est un des membres fondateurs, contribue au projet en aidant à développer un programme de formation et de collecte de données adapté à différentes catégories d'armateurs qui vivent chacun une réalité bien distincte.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine