Retour

Des ombres planent sur le retour de la baleine noire dans le Saint-Laurent

Trois carcasses de baleines noires ont été aperçues à la dérive ou ont échoué dans le golfe du Saint-Laurent au cours des dernières semaines.

La présence de la baleine noire dans le golfe et l'estuaire du Saint-Laurent, une espèce en voie de disparition, est plutôt rare, mais de plus en plus de gens en font l'observation.

Cette année, la présence de la baleine noire a même été remarquée très tôt dans l'estuaire et le golfe.

Elle a été vue deux fois dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent depuis juin. Des animaux ont été observés au large des îles de la Madeleine, de l'île Miscou. 

« C'est une bonne nouvelle. Il est heureux que ces animaux aient retrouvé le chemin vers le golfe et l'estuaire du Saint-Laurent », estime Robert Michaud, président du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM) et directeur des programmes de recherche.

Toutefois, cette bonne nouvelle a été assombrie par la découverte de trois carcasses. Une première baleine morte a été localisée, flottant au large de Percé à la fin juin. Elle a été récupérée à Newport pour faire l'objet d'une nécropsie. « On s'intéresse beaucoup à ces carcasses pour comprendre les causes de mortalité. Étant donné le petit nombre de la population, nous avons la responsabilité de les protéger. »

Carcasses à la dérive

La carcasse récupérée à Newport n'a finalement pas pu être analysée en raison de son mauvais état. L'animal était déjà en état de putréfaction et de décomposition avancée.

Une des particularités de la baleine de l'Atlantique Nord est de flotter à la surface après sa mort en raison de sa masse graisseuse. Une seconde baleine morte a ainsi été repérée le 9 juillet lors d'un survol en avion au large de Gaspé, par un employé de Pêches et Océans Canada. La carcasse, qui semblait en très mauvais état, n'a pas été revue.

Le 13 juillet, une troisième carcasse de baleine noire a été localisée par l'équipage d'un voilier en transit entre les îles de la Madeleine et la Gaspésie. Plusieurs efforts ont été tentés pour la récupérer. Une modélisation a même été effectuée selon les courants, les vents pour prévoir sa trajectoire, mais la carcasse n'a pas été revue.

« Si quelqu'un la repère, appelez-nous, elle comporte encore des secrets que nous pourrions découvrir », lance Robert Michaud, qui est inquiet de ces découvertes. « 

Trois animaux de la même espèce dans une période de temps assez rapprochée et dans un espace assez restreint, ça allume des voyants rouges, ça soulève de bonnes questions », dit le chercheur.

Causes à rechercher

Pour le moment, faute d'informations suffisantes, la cause des décès n'a pu être déterminée. Est-ce une cause commune? Une épidémie? Une intoxication? Les questions demeurent.

L'éventuelle présence d'algues toxiques est aussi un sujet d'interrogation. En 2008, une floraison spectaculaire d'algues toxiques avait emporté une dizaine de bélugas en une dizaine de jours. Les algues avaient aussi provoqué la mort de plusieurs autres mammifères marins, dont des phoques. Des carcasses d'oiseaux avaient aussi été retrouvées.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le Sagittaire: le signe le plus chanceux?





Rabais de la semaine