Retour

Des ornithologues de partout au Québec se rassemblent au Parc national du Bic

Pour les amateurs d'ornithologie, le printemps rime avec observation d'oiseaux. Depuis la mi-avril, environ une cinquantaine d'amateurs se rassemblent chaque fin de semaine au belvédère Raoul-Roy, dans le parc national du Bic. De là, ils peuvent observer les oiseaux de proie en pleine migration.

Selon la technicienne de la faune au Parc national du Bic, Louise Tremblay, assez peu d'oiseaux ont été observés cette année, en raison notamment de l'hiver en dents de scie, mais l'activité attire néanmoins des amateurs de partout au Québec.

« Parfois ils viennent très près, il font presque un spectacle. Il y a des spécialistes qui sont bons et d'autres qui sont plus profanes. N'importe qui peut venir faire de l'observation », raconte Louise Tremblay.

L'activité devient aussi un rassemblement social selon l'amateur d'observation d'oiseaux, Jean Faubert. « C'est le plaisir de passer la journée à l'extérieur en regardant ces oiseaux que très peu de personnes ont vu. Il y a donc le plaisir de l'observation et aussi le plaisir de le faire en groupe. »

Selon le biologiste Hugues Deglaire, le printemps est le meilleur temps pour observer ces oiseaux. Le meilleur moment est entre 10 h et midi, pour laisser le temps au soleil de réchauffer les masses rocheuses du Bic. Cela génère des corridors de vents ascendants et les oiseaux de proie en profitent pour prendre de la hauteur et traverser le fleuve, surtout les plus gros oiseaux comme les aigles.

Plus d'articles

Commentaires