Retour

Des syndicats s'inquiètent des compressions en santé et sécurité sur la Côte-Nord

Ils dénoncent également l'abolition de plusieurs postes. La présidente du Syndicat des intervenants en santé du nord-est québécois, Nathalie Savard craint de graves conséquences sur les travailleurs dans les secteurs des pêches, de la forêt et des mines.

Il faut faire des tests d'air, des tests de sons, parce qu'il y a des normes à respecter pour que les employés travaillent dans un milieu sain et sécuritaire. Alors, si on ne va pas faire ces tests-là, si on ne va pas faire ces analyses-là, ça se peut que des travailleurs travaillent dans des milieux qui sont dangereux pour leur santé et leur sécurité.

Nathalie Savard, présidente du Syndicat des intervenants en santé du nord-est québécois

De son côté, Claire Montour, la présidente de la Fédération de la santé du Québec, estime que l'abolition de plusieurs postes dans ce secteur ces dernières années induit une surcharge de travail sur le personnel.

« Quand on regarde le budget au niveau de la santé et de la sécurité, c'est des travailleurs, c'est l'équipement, les tests, les déplacements, ce n’est pas seulement de mettre une lumière rouge pis de dire attention quand ça flashe. Il y a beaucoup de travail de personnes qui ont développé une spécialité, qui ont développé ce secteur-là », a-t-elle conclu.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?