Retour

Des utopistes avec les deux pieds sur terre à Cap-au-Renard

À Cap-au-Renard, près de Sainte-Anne-des-Monts, une petite « tribu » d'une vingtaine de personnes vit en quasi autonomie sur une immense terre de 50 hectares. Ces gens se regroupent pour former une coopérative d'habitation, Hameau 18.

Un texte de Brigitte Dubé

À l'origine, en 2007, six personnes s'unissaient afin d'acheter cette terre en copropriété. Ils jetaient les bases de leur projet d'éco-hameau. Ils ont depuis développé des activités agricoles et de transformation du chanvre et de petits fruits, entre autres.

Les habitants ont accès au jardin communautaire et aux ressources de la forêt. Ils partagent les infrastructures et l'entretien et les bâtiments. « On n'est pas une commune au sens péjoratif, explique Guillaume Gaufre, un Français tombé en amour avec l'endroit et qui a choisi de s'y établir. On est seulement quelques familles qui veulent vivre dans un lieu calme, faire nos activités et avoir de la bonne bouffe. »

Ils admettent qu'il y a une forme de résistance dans leur démarche.

Projet de coop d'habitation

Avec le projet de coop d'habitation, on ne parlera plus de propriétaires, mais d'usagers. Pas de conseil d'administration : les décisions se prendront en commun dans cette espèce de laboratoire de vie.

Pas de candidature sur papier. Chaque demande sera traitée au cas par cas. Les fondateurs se sont inspirés de projets similaires au Québec et en France, mais il n'y a pas vraiment de moule. Tous sont différents.

Il y a tout un processus à suivre pour se joindre au groupe. Il faut notamment vivre un an sur la terre. Les fondateurs veulent s'assurer que les nouveaux membres sont conscients de la vie qui les attend. Ils doivent donc vivre les quatre saisons sur place. L'acceptation d'une nouvelle candidature doit faire l'unanimité. Pour les couples, elle se fait sur la base de chaque individu.

Hameau 18 est actuellement en campagne de financement.

Entrevue réalisée par Michel-Félix Tremblay, à l'émission Bon pied, bonne heure

Plus d'articles

Commentaires