Retour

Deux candidats s'affrontent dans la course à la mairie d’Anticosti

Les Anticostiens devront choisir dimanche qui occupera le poste de maire entre Stéfan Tremblay et John Pineault.

Un texte d'Evelyne Côté

Une élection partielle se déroule dans la communauté, en raison de la démission de Jean-François Boudreault en décembre dernier.

Stéfan Tremblay assure l'intérim depuis le départ de Jean-François Boudreault. Il siège au conseil municipal depuis 11 ans.

Natif de Sept-Îles, il réside sur l'île depuis son tout jeune âge.

Le candidat de 42 ans travaille pour le ministère des Transports du Québec depuis 2008.

S'il est élu, il souhaite poursuivre les projets déjà en cours, notamment la mise à niveau du système d'aqueduc, l'embellissement du village de Port-Menier et le plan d'aménagement forestier.

À propos du projet de Pétrolia sur l'île, Stéfan Tremblay ne se montre pas en désaccord avec l'exploration des hydrocarbures, mais il doute que l'exploitation du pétrole et du gaz naturel sur l'île puisse être rentable. 

De plus, il estime qu'il faut d'abord diversifier l'économie de la municipalité pour assurer l'avenir d'Anticosti et freiner l'exode des insulaires.

Portrait de John Pineault 

Originaire de la région de Percé, John Pineault a été aménagiste et paysagiste pour le comité aviseur du territoire de l'île d'Anticosti.

Il vit à Port-Menier depuis près de 20 ans.

John Pineault aimerait a priori réunir la population qui est divisée depuis le projet d'exploration des hydrocarbures sur l'île. « Ça a apporté énormément de conflits », souligne-t-il.

Il est contre le développement de la filière des hydrocarbures, qu'il considère comme incompatible avec les autres activités économiques de l'île.

L'élection partielle aura lieu dimanche au Centre communautaire de Port-Menier. En tout, 192 Anticostiens sont appelés aux urnes.

Plus d'articles

Commentaires