Retour

Deux Nord-Côtiers montent aux barricades médiatiques

Deux Nord-Côtiers s'indignent contre le traitement médiatique accordé aux régions.

Dans une lettre envoyée aux médias, Magella Landry de Natashquan, et Bernard Roy, Macacain de coeur, estiment que les médias nationaux s'intéressent à la Côte-Nord seulement quand les travailleurs ou les autochtones élèvent des barricades sur la route 138.

« On a beau essayer d'avoir des entrées en national et ça ne marche pas. Aussitôt qu'il y a une route fermée, les médias sont là. On cherche la controverse plutôt que des solutions », souligne Magella Landry.

Dans leur texte La Côte-Nord, on s'en balance, publiée ce matin dans le quotidien Le Devoir, les deux auteurs dénoncent l'absence de préoccupations envers les enjeux défendus par la région et un certain manque de respect de la part des médias envers les porte-parole régionaux.

Ils citent à cet égard plusieurs exemples récents, dont notamment celui du barrage dressé par les Autochtones de Natashquan à la mi-juillet. « Ils font ça pour être au même niveau que les autres Québécois et ce n'est pas ça qui ressort. C'est pratiquement toujours le négatif de l'acte porté », commente Magella Landry.

Mise en valeur de la maison de Gilles Vigneault

Magella Landry travaille depuis une dizaine d'années à la mise en valeur de site patrimonial de Gilles Vigneault.

M. Landry souhaite que le site qui compte deux maisons, un poulailler et deux petites cuisines d'été, soit transformé en centre culturel. « Un peu comme ce qu'il se fait à l'île d'Orléans pour Félix Leclerc », précise M. Landry.

Magella Landry et Bernard Roy sont déçus du peu d'intérêt envers ce dernier projet qui, pourtant, permettrait, écrivent-ils, de « rendre hommage au poète, mais, surtout, de participer à la survie et au développement social, culturel et économique de la Minganie et de ce petit village nommé Natashquan ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine