Retour

Déversement au port de Cap-aux-Meules : Hydro pourrait poursuivre des tiers

Hydro-Québec fait sa propre enquête concernant la fuite de 100 000 litres d'hydrocarbures provenant de son oléoduc du port de Cap-aux-Meules. La Société d'État va déterminer « si des recours judiciaires pourraient (sic) être intentés contre des tiers ».

Un texte de Michel-félix Tremblay

Dans un document remis à la Régie de l'énergie, Hydro-Québec évoque pour la première fois de possibles poursuites dans ce dossier. Le document demeure plutôt vague, mais on peut y lire que des tiers pourraient « avoir une part de responsabilité relativement à l'événement survenu en septembre 2014 ».

Techniquement, Hydro-Québec, comme n'importe qui d'ailleurs, a jusqu'au mois de septembre 2017 pour déposer des accusations relatives au déversement. 

Hydro-Québec dit mener sa propre enquête pour apporter un « éclairage complémentaire et plus large » que l'enquête du ministère de l'Environnement, qui démontrait plusieurs lacunes de la part d'Hydro-Québec quant à l'entretien de son oléoduc.

La porte-parole d'Hydro-Québec Catherine Bujold précise qu'il est normal qu'une entreprise étudie cette possibilité lors d'un événement de cette ampleur.

Selon elle, il ne faut pas nécessairement déduire qu'Hydro-Québec détient des indices sur des gens ou des entreprises qui auraient contribué de quelque manière au déversement.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?