Retour

Déversement aux Îles de la Madeleine : l'oléoduc d'Hydro-Québec était gravement corrodé, dit un rapport

Un rapport d'enquête gouvernemental place Hydro-Québec dans l'embarras. On y apprend que des portions de l'oléoduc des Îles-de-la-Madeleine, propriété de la société d'État, étaient sévèrement atteintes par la corrosion lorsqu'est survenue une fuite qui a laissé s'écouler plus de 100 000 litres de diesel dans la nature. Le déversement aurait pu être évité ou limité, laisse entendre un rapport d'expert cité dans cette enquête du ministère de l'Environnement.

Un texte de Michel-Félix Tremblay

Le document que Radio-Canada a obtenu grâce à la loi d'accès à l'information révèle qu'au lendemain du déversement, une inspection par ultrason a permis d'identifier 6498 anomalies sur la conduite, la plupart, dans la section de 200 mètres où la fuite s'est produite. De plus, « plusieurs pertes d'épaisseurs de métal pouvant aller jusqu'à 90 % sur la tuyauterie ont été constatées ».

Le mauvais état du système de protection cathodique de l'oléoduc aurait contribué à accélérer la corrosion du métal. Dès 2007, un premier court circuit a été constaté. En 2010, 2011 et 2013, des firmes spécialisées mentionnent à Hydro-Québec que ce système ne permet plus de bien protéger l'oléoduc contre la corrosion. 

Pour le spécialiste de la corrosion Sofiene Amira, du Centre de métallurgie du Québec, le milieu maritime dans lequel était déposé l'oléoduc est l'un des plus agressifs pour le métal. Pour cette raison, la protection cathodique est doublement importante.

L'oléoduc transporte annuellement près de 40 millions de litres d'hydrocarbures entre le port de Cap-aux-Meules et la centrale thermique qui alimente les Madelinots en énergie. Il côtoie des secteurs maritimes et traverse des zones résidentielles.

Malgré la fragilité du milieu insulaire, le rapport affirme que le personnel d'Hydro-Québec n'avait pas la formation pour réaliser des tests hydrostatiques avec du diesel. Le plan d'urgence d'Hydro-Québec en cas de fuite était incomplet quant à la protection de l'environnement. 

Négligence de la part d'Hydro-Québec?

Ironiquement, le déversement de 100 000 litres a eu lieu lors d'un test pour vérifier l'étanchéité du tuyau. Hydro-Québec utilisait du diesel pour mener ces tests. Depuis le déversement, Hydro-Québec utilise de l'eau.

Bien que le rapport du ministère ne mentionne nulle part le mot négligence, il pose d'importantes questions sur les mesures pour prévenir un tel déversement. 

D'abord, entre 16 h 22 le 10 septembre et 9 h le lendemain matin, personne ne surveillait l'oléoduc. C'est à ce moment que la fuite est survenue. Quelques heures après la fuite, constatant que la pression avait diminué à l'autre bout du tuyau, Hydro-Québec conclut qu'il s'agit d'un problème relié à la température. Le scénario d'une fuite est écarté.

Au moment où des centaines de litres de diesel contaminent le sol et l'eau, Hydro-Québec décide de réinjecter 69 500 litres d'hydrocarbures. Une bonne part de ce diesel s'est retrouvé dans la nature.

Le rapport précise aussi que le plan d'urgence d'Hydro-Québec ne précise à aucun endroit le type d'intervention à faire pour protéger l'environnement en cas de déversement lors des tests d'étanchéité.

Hydro-Québec refuse de commenter le rapport

En janvier, Hydro-Québec a plaidé coupable à une accusation d'avoir rejeté une matière dangereuse dans l'environnement. 

La porte-parole d'Hydro-Québec Catherine Bujold rappelle cependant que le plaidoyer de culpabilité ne signifie pas que la société d'État endosse les conclusions de l'enquête du ministère.

Questionnée sur la corrosion avancée de l'oléoduc, la porte-parole a référé Radio-Canada à l'énoncé des faits signés conjointement par les avocats d'Hydro-Québec et la Direction des poursuites criminelles et pénales. Ce document ne mentionne pas plusieurs éléments qui se retrouvent dans le rapport d'enquête du ministère, dont tous les passages concernant l'état de l'oléoduc avant le déversement.

La société d'État rappelle que depuis les événements, tous les efforts sont mis de l'avant pour décontaminer le site. Les travaux estimés à 20 millions de dollars prendront fin en décembre 2017.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine