Retour

Déversement d'un oléoduc d'Hydro-Québec aux Îles : matière à poursuites juge le ministère de l'Environnement

Il y a matière à poursuites, relativement au déversement de 100 000 litres de diésel au port de Cap-aux-Meules aux Îles-de-la-Madeleine, en septembre 2014. C'est du moins ce que révèlent les conclusions de l'enquête du ministère de l'Environnement qui devait faire la lumière sur cet événement.

Un texte de Michel-Félix Tremblay

Il y a « suffisamment de matière pour envoyer [le dossier] au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) », a indiqué M. Boulanger, lundi. Le DPCP devra maintenant déterminer si la preuve recueillie est assez solide pour engager des poursuites judiciaires.

Impossible de savoir si les conclusions de l'enquête blâment directement Hydro-Québec, le propriétaire de cet oléoduc qui a laissé couler 100 000 litres de diesel dans la nature. Le directeur du centre de contrôle environnemental se limite à dire que « l'enquête portait entre autres sur la responsabilité d'Hydro-Québec dans ce déversement ».

Le maire Lapierre demeure prudent

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, salue la décision du ministère de l'Environnement de transmettre le dossier à la Direction des enquêtes criminelles et pénales. Selon lui, l'enquête va permettre de connaître les causes de l'incident. Il demeure toutefois prudent. Il rappelle qu'il faut attendre les résultats de l'enquête avant de désigner un fautif.

Pas surprise

La porte-parole de l'Association madelinienne pour la sécurité énergétique et environementale, Natalia Porwoska, n'est pas surprise que le dossier soit entre les mains du directeur des poursuites criminelles et pénales. 

« On a eu vent d'un rapport qui aurait mis en garde Hydro-Québec contre l'usure de son oléoduc », affirme madame Porowska.

Elle ajoute qu'il est difficile de croire que 100 000 litres puissent s'écouler sans raison. Selon elle, ce dossier démontre que la « pensée magique » n'existe pas et que le risque de déversement est toujours bien présent.

Plus d'articles

Commentaires